Politique

Fès-Meknès: l’élection des présidents des Chambres de commerce et de l’artisanat annulée

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Suite aux recours déposés, par des membres de l’opposition, le tribunal administratif de Fès vient d’annoncer cette semaine l’annulation de l’élection du président de la Chambre de l’artisanat, Abdelmalek Bouteyine (MP). Le même tribunal a également annulé l’élection du président de la CCIS, Badr Tahiri (RNI), ainsi que celle de ses trois autres membres. Plusieurs professionnels s’interrogent sur le fait de l’acceptation de la candidature de ces personnes malgré leur inéligibilité.

Retour à la case départ pour les chambres professionnelles de la région Fès-Meknès. Suite aux recours déposés, par des membres de l’opposition, auprès du tribunal administratif de Fès, ce dernier vient d’annoncer cette semaine l’annulation de l’élection du président de la Chambre de l’artisanat, Abdelmalek Bouteyine (MP). Le même tribunal a également annulé dernièrement l’élection du président de la Chambre de commerce, d’industrie et de services (CCIS), Badr Tahiri (RNI), ainsi que celle de ses trois autres membres affiliés au RNI, à savoir, Hamza Benabdallah, Youssef Mourad et Mohamed El Allali. Le tribunal a également ordonné la réorganisation des élections d’un bureau de vote suite à l’annulation de ses résultats.


Cette décision du tribunal a poussé plusieurs professionnels à s’interroger sur l’acceptation de la candidature de ces personnes malgré leur inéligibilité, surtout que les deux présidents ont passé plusieurs mandats à la tête des deux chambres. En effet, les textes de loi stipulent qu’il n’est pas permis d’inscrire dans les listes électorales les personnes déchues de leur compétence commerciale. C’est le cas de Badr Tahiri, ex-président de la CCIS de Fès-Meknès qui a été condamné par la Chambre de commerce de Fès à cinq ans de déchéance commerciale. Ce jugement est intrevenu suite à une plainte de l’administration fiscale contre l’équipe dirigeante de la société Planchers Bab Mansour, dont Badr Tahiri fait partie. En effet, les dirigeants ont mis en vente des équipements de la société alors que celle-ci était en liquidation judiciaire. La déchéance commerciale de Badr Tahiri lui a été fatale, surtout qu’il a été candidat unique à la présidence et a obtenu 81 voix des 122 membres que compte la chambre.

Pour la Chambre de l’artisanat, le tribunal administratif de Fès a également donné raison à Hicham Merroune (sans appartenance politique) qui a déposé un recours en annulation de l’élection d’Abdelmalek Bouteyine à cause de son éligibilité, accusant ce dernier de non-accomplissement du cycle d’enseignement primaire. Il faut rappeler que l’ex-président de la chambre, Abdelmalek Bouteyine (MP), a obtenu 74 voix sur 81, alors que son rival, Hicham Merroun (SAP), n’a pu décrocher que 3 bulletins. Notant que le scrutin du 6 août dernier avait donné gagnant le MP, ex-aequo, avec le RNI, 13 sièges chacun. Les élus sans appartenance politique, quant à eux, ont pu avoir 18  sièges.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page