Politique

Chambre de compensation : la Banque centrale veille au grain

Dans le cadre de l’opérationnalisation de la Chambre de compensation-contrepartie centrale, Bank Al-Maghrib a participé à plusieurs ateliers de travail sur l’état d’avancement des pré-requis pour sa mise en place. La nouvelle infrastructure pilotée par la Bourse de Casablanca a pour objectif de réduire les risques de contrepartie auxquels sont exposés les intervenants du marché des capitaux.

Le dernier rapport annuel de Bank Al-Maghrib sur les infrastructures des marchés financiers et les moyens de paiement, leur surveillance et l’inclusion financière a été l’occasion d’en savoir plus sur la Chambre de compensation-contrepartie centrale (CCP). Créée en 2018, la CCP est considérée comme une contrepartie centrale au sein du marché à terme. L’objectif de cette nouvelle infrastructure est d’assurer au marché boursier une certaine stabilité et efficience tout en renforçant le niveau de sécurité. Son opérationnalisation est pilotée par la Bourse de Casablanca et figure même dans son plan stratégique «Ambition 2021». Bank Al-Maghrib, en sa qualité d’autorité de surveillance et d’agrément, a de son côté participé aux différents ateliers de travail y afférents. La Banque centrale a dans ce sens examiné l’état d’avancement des pré-requis concernant les volets juridique et réglementaire, la gouvernance, la gestion des risques ainsi que le système d’information. BAM a également sollicité une mission d’assistance technique auprès de la Banque mondiale. En cours de réalisation depuis novembre 2019, la mission porte essentiellement sur le cadre de gestion des risques de la CCP. Entre-temps, la Banque centrale a assuré le suivi des recommandations qu’elle a formulées à l’issue de la mission de contrôle réalisée en 2017. La mission avait donné lieu à un certain nombre de recommandations ayant essentiellement trait aux dispositifs de maîtrise des risques d’activité, de sécurité, de fiabilité opérationnelle et de continuité d’activité. Le suivi a montré que la Bourse de Casablanca avait en effet pris en compte les principes de la Banque des Règlements Internationaux (BRI) pour l’identification et la revue des risques.


La Bourse de Casablanca a également réalisé plusieurs audits externes. Le premier concernait le datacenter principal et de secours, le deuxième visait l’architecture technique des plateformes et le dernier vérifiait le code source en termes de qualité et de sécurité. Si la CCP reste un élément essentiel dans le développement du marché boursier, sa mise en place a un certain coût.

«En particulier, la mise en place d’un système d’information robuste et fiable nécessite un investissement initial et des dépenses courantes non négligeables. Il revient à chaque marché d’évaluer soigneusement les avantages et les coûts de cette infrastructure de marché», avait souligné le directeur des opérations marchés, Ahmed Arharbi, dans le rapport annuel de la Bourse de Casablanca.

Cet arbitrage dépendra de facteurs tels que le volume des transactions et l’intérêt, pour une place financière, d’avoir une contrepartie centrale en termes de sécurité et d’efficience.

En ce qui concerne la plateforme technique, plusieurs pistes ont été évaluées par la Bourse de Casablanca. Cette dernière avait le choix entre la sous-traitance, l’acquisition d’une solution technique auprès d’un éditeur international ou encore le développement de cette solution interne. Après évaluation du business plan et des coûts des différentes possibilités, la Bourse de Casablanca a finalement opté pour le développement en interne, ce qui devrait permettre de garantir l’équilibre financier de la future Chambre de compensation. De plus, une démarche progressive a été retenue afin de couvrir, à terme, l’ensemble des produits dérivés susceptibles d’être compensés. La nouvelle infrastructure pourrait aussi bien traiter les opérations au comptant de la Bourse que les opérations de gré à gré sur les repo, les prêts/emprunts de titres ou encore le marché secondaire des bons du Trésor.

Aida Lo / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page