Politique

Après le clash Benkirane, vers un isolement politique du PJD

Le projet de loi relatif à l’usage légal du cannabis ne va pas passer sans remous au sein de l’institution législative. Le PJD est, encore une fois, devant une rude épreuve en raison des divergences internes sur ce texte.

La position de l’ancien chef de file du parti de la lampe qui a gelé son adhésion au PJD et rompu ses relations avec cinq de ses ténors, dont Saad Dine El Otmani, n’est pas pour arranger les choses. Malgré son retrait de la vie politique depuis 2017, Abdelilah Benkirane n’a pas perdu sa base de sympathisants au sein du PJD, même parmi les dirigeants et les parlementaires. Ce qui complique la mission de Saad Dine El Otmani qui, en tant que chef de gouvernement, ne peut pas faire marche arrière sur la légalisation du cannabis.


Dans la conjoncture actuelle marquée par plusieurs crises qui ont secoué de plein fouet le parti, la situation d’El Otmani n’est pas enviable. Il s’avère en effet difficile pour lui de dépasser le dilemme entre sa casquette en tant que chef de l’équipe gouvernementale qui a validé le texte et celle de chef de file du PJD, dont le secrétariat général plaide pour l’élaboration d’une étude d’impact sur la légalisation du cannabis.

Le secrétaire général adjoint du PJD, Slimane Amrani, estime qu’un tel projet de loi nécessite un débat public et des concertations approfondies. Le sujet sera rediscuté au sein des différentes instances décisionnelles du parti. Les deux groupes parlementaires du PJD seront largement impliqués dans les discussions internes pour éviter toute mauvaise surprise, compte tenu que les députés ne parlent pas de la même voix sur le sujet. Jusque-là, les parlementaires du parti de la lampe ont été disciplinés et se sont toujours conformés aux décisions prises par le groupe parlementaire et le parti, sauf lors du vote de la loi-cadre de l’éducation et de la formation qui a été marqué par le non-respect par deux députés des consignes des instances décisionnelles.

Après la présentation et l’examen du texte relatif à l’usage légal du cannabis en commission, deux scénarios pointent à l’horizon sur les propositions d’amendements. Le texte risque d’être bloqué au sein du Parlement si les différentes composantes décident de réunir le consensus autour du texte, à l’instar de ce qui s’est passé pour la loi-cadre de l’éducation. Ce scénario est écarté dans la conjoncture actuelle, d’après une source au sein de la majorité. La tendance est plutôt vers l’adoption de ce texte au cours du mandat actuel en accélérant le processus du vote ; ce qui renforcera l’isolement politique du PJD.

Jihane Gattioui / Les Inspirations Éco


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page