Monde

Reporters sans frontières : environ 1.700 journalistes tués dans le monde en 20 ans

Les journalistes continuent de payer de leur vie pour avoir fait leur travail. Les derniers chiffres révélés sont alarmants : près de 1.700 journalistes ont perdu leur vie dans le monde en l’espace de 20 ans seulement. 

L’organisation non gouvernementale internationale Reporters sans frontières (RSF) a révélé ce chiffre effrayant. L’Irak et la Syrie sont deux des pays les plus dangereux et meurtriers pour les journalistes, selon RSF. L’Organisation pour la liberté de la presse, basée à Paris, a déclaré dans un communiqué que «1.668 journalistes ont été tués dans le monde entre 2003 et 2022, soit une moyenne de 80 homicides par an».

D’après les derniers chiffres, «les années 2012 et 2013 ont enregistré un pic meurtrier avec, respectivement, 144 et 142 homicides de journalistes». Près de 80% des décès enregistrés entre 2003 et 2022 sont survenus dans 15 pays, dont les plus dangereux sont l’Irak et la Syrie, où un total de 578 journalistes ont été tués, selon la même source. Ils sont suivis de l’Afghanistan, du Yémen, de la Palestine et de la Somalie, selon la même source.

À l’échelle mondiale, si la couverture des conflits armés explique beaucoup de décès, il y a eu, ces 20 dernières années, «plus de journalistes tués en «zones de paix» qu’en «zones de guerre» du fait de leurs enquêtes sur le crime organisé et la corruption». Ainsi, avec près de la moitié des journalistes tués en 2022, le continent américain (Mexique, Brésil, Colombie, Honduras…) s’avère «aujourd’hui, incontestablement le plus dangereux pour les médias».

Sami Nemli avec agences / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page