Monde

Les «forces démocratiques syriennes» expulsent l’EI de la ville de Hajin à l’est de la Syrie

Les « Force Démocratiques Syriennes » ont contrôlé l’aube du vendredi, la ville de Hajin, la dernière et la plus grande enclave contrôlée par l’organisation extrémiste Daesh  à l’est de la Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Ces forces, composées de factions kurdes et arabes, mènent depuis le 10 Septembre une attaque avec le soutien de la coalition internationale dirigée par Washington pour expulser l’organisation terroriste de cette enclave, située dans la campagne est de Deir al-Zour le long de la frontière irakienne, farouchement défendu pat les terroristes.

Suite à une violente attaque, les forces démocratiques syriennes sont entrées dans la ville le 6 juin pour lutter contre les extrémistes qui avaient tenté de « défendre leurs positions », selon l’Observatoire, mais ont été forcés de se retirer dans la partie orientale de la ville, profitant du réseau de tunnels qu’ils avaient construits.

L’organisation contrôle toujours la majorité de cette dernière enclave, qui comprend plusieurs villes, notamment  Soussa et Chaafa.

Les forces démocratiques syriennes ont ouvert des « couloirs de sécurité », par lesquels des centaines de civils sont sortis de la zone de combat, selon ces forces et la coalition internationale.

En octobre et novembre, l’organisation extrémiste a profité du mauvais temps et de ses cellules endormies à proximité de l’enclave pour lancer des contre-attaques contre les « Forces démocratiques syriennes » et l’obliger à se retirer après leurs progrès sur le terrain.

Toutefois, les « Forces démocratiques syriennes » ont envoyé d’énormes renforts au cours des dernières semaines, jusqu’à ce que le nombre de ses forces participant aux combats atteigne 17 000 personnes, selon l’observatoire.

La coalition estime qu’il y a environ 2 000 extrémistes dans l’enclave. La plupart d’entre eux sont probablement des étrangers et des ressortissants de pays arabes. Parmi eux – selon les «Forces démocratiques syriennes» – des leaders terroristes de premier ordre

Depuis le début de l’offensive en septembre, plus de 900 terroristes et 500 combattants des « Forces démocratiques syriennes » ont été tués, selon l’observatoire syrien des droits de l’homme, qui a également documenté la mort de plus de 320 civils, dont 115 enfants, pour la plupart lors de raids de la coalition.

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page