Monde

Le ministre de l’Économie turc non grata en Autriche

Le ministère autrichien des Affaires étrangères a annoncé lundi que l’Autriche a interdit une visite du ministre turc de l’Économie Nihat Zeybekci, pour participer à un meeting organisé par la branche autrichienne de l’Union des démocrates turcs européens, un groupe pro-Erdogan présent dans plusieurs pays de l’Union européenne.
Thomas Schnoell, porte-parole du ministère a déclaré à l’AFP qu’il a été interdit d’entrée car sa visite ne fait pas partie d’un échange bilatéral, mais il s’agit d’une apparition publique lors d’un événement marquant la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016. Sa participation à cette «réunion d’envergure» prévue dimanche à Vienne aurait représenté «un danger pour l’ordre public».
La décision de Vienne a été qualifiée de «non démocratique» par le porte-parole du mouvement, Ramazan Aktas. 
À Ankara, le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Huseyin Muftuoglu, a condamné la décision de Vienne affirmant que les autorités autrichiennes «ne sont pas sincères quand il s’agit de défendre les valeurs démocratiques».
Le scénario s’est déjà répété à maintes reprises. Vendredi, le gouvernement néerlandais avait déjà affirmé qu’une visite du vice-premier ministre turc, Tugrul Türkes, qui comptait se rendre aux Pays-Bas mardi pour assister à une commémoration du coup d’État manqué n’était «pas souhaitable».
Par ailleurs, le président turc Recep Tayyip Erdogan voulait organiser une réunion politique pour ses sympathisants à l’occasion de sa venue au G20 de Hambourg la semaine dernière, mais Berlin a refusé, s’inquiétant du risque d’importation des conflits politiques intérieurs turcs en Allemagne où vit la plus importante diaspora turque d’environ 3 millions de personnes.
Plusieurs autres pays dont l’Allemagne et l’Autriche avaient interdit des rassemblements pro-Erdogan et la venue de responsables turcs pour faire campagne auprès de la diaspora turque avant un référendum en avril qui a permis au président turc de renforcer ses pouvoirs.
Les relations entre la Turquie et les pays de l’Union européenne se sont tendues en raison notamment des purges menées par le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan après le putsch déjoué en Turquie. 
Près de 360.000 personnes d’origine turque vivent en Autriche, dont 117.000 de nationalité turque et nombreux sont ceux qui soutiennent M.Erdogan et ont voté pour lui lors de ce référendum.


Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page