Monde

Irak: le président menace le parlement de démissionner

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le président irakien a mis jeudi sa démission dans la balance, expliquant qu’il refusait de proposer au Parlement le nom du candidat des pro-Iran pour le poste de Premier ministre, aggravant un peu plus la crise politique.


Se disant garant de l’«intégrité» et de l’«indépendance» du pays, Barham Saleh –un Kurde issu d’un parti traditionnellement proche du voisin iranien mais qui depuis le début il y a trois mois d’une révolte sans précédent fait de la résistance au milieu d’autorités conspuées par la rue– a envoyé une lettre au Parlement.

Le président s’y dit «prêt à démissionner» car, dit-il, la Constitution l’oblige à proposer au Parlement le candidat de la «plus grande coalition» au Parlement, titre que revendique la coalition emmenée par les paramilitaires pro-Iran, mais que d’autres forces lui disputent.

«Le président n’a constitutionnellement pas le droit de s’opposer (…) donc j’annonce ici que je suis prêt à démissionner devant le Parlement», affirme Saleh dans sa lettre.

Depuis que le Premier ministre Adel Abdel Mahdi a démissionné fin novembre, après avoir été lâché par le grand ayatollah Ali Sistani, figure tutélaire de la politique irakienne, les pro-Iran poussaient pour que le ministre démissionnaire de l’Enseignement supérieur le remplace.

Mais, puisqu’ils n’ont pas pu l’imposer à Saleh qui a fait valoir que sa désignation alimenterait plus encore la colère de la rue, ils ont désormais un nouvel homme.

Il s’agit d’Assaad al-Aïdani, gouverneur de Bassora, qui s’est déjà illustré à l’été 2018 en descendant personnellement de son convoi pour s’en prendre à des manifestants dans sa grande cité pétrolière, la deuxième ville du pays.

Pour les protestataires, les «candidats des partis» sont d’emblée refusés. Eux veulent des indépendants et des technocrates qui n’ont pas été aux affaires au sein du système politique, installé en 2003 par les Américains et désormais noyauté par les Iraniens.

Depuis le 1er octobre, près de 460 personnes ont été tuées et 25.000 blessées, quasiment tous des manifestants. A partir de décembre, les violences dans les rues et les tirs sur les défilés ont faibli, laissant la place à une intense campagne d’intimidation.

Plusieurs militants ont été assassinés, quasiment toujours par balles et généralement en pleine rue. Des dizaines d’autres ont été enlevés, souvent devant chez eux alors qu’ils rentraient de manifestations, parfois même à l’intérieur de leur domicile.

Cette campagne, accuse l’ONU, est le fait de «milices» qui veulent faire taire une révolte inédite parce que spontanée et menée principalement par des jeunes.

 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page