Monde

HRW non grata en Israël

L’État hébreux n’accordera plus de visa de travail aux membres étrangers de Human Rights Watch (HRW) qu’il accuse de partialité. Et pour cause, l’ONG a établi plusieurs rapports critiques sur l’occupation israélienne des territoires palestiniens et demandé dans la foulée un visa pour Omar Shakir, un citoyen américain qui a été nommé directeur du bureau de HRW chargé d’Israël et de la Palestine.
Une demande qui a été rejetée par Israël sous pretexte que HRW «n’est pas vraiment une organisation de défense des droits de l’homme».

Le ministre des Affaires étrangères israéliennes, Emmanuel Nahshon, a accusé HRW d’avoir «constamment montré qu’elle était une organisation fondamentalement partiale et anti-israélienne dotée d’un ordre du jour hostile».
«Pourquoi devrions-nous accorder des permis de travail à des gens dont le seul but est de nous dénigrer et de nous attaquer ?».

«Nous avons peu de rapports avec les gouvernements de Corée du Nord, du Soudan, de l’Ouzbékistan, de Cuba, du Venezuela, autant de pays qui ne sont pas connus pour leur engagement en faveur des droits de l’homme. Avec sa décision sur les visas, Israël rejoint cette liste», a déclaré Omar Shakir.

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page