Monde

Fraude fiscale. Une plateforme de dénonciation sème la polémique en Allemagne

Une plateforme de dénonciation des fraudeurs fiscaux divise l’opinion.

La région allemande du Bade-Wurtemberg vient de prendre une initiative qui suscite l’émoi dans le pays.


Il s’agit de la mise en place d’une plateforme de dénonciation anonyme en ligne, pensée afin de traquer les fraudeurs fiscaux. Dirigée par les écologistes, ladite plateforme voit ainsi le jour à moins d’un mois des élections.

En effet, le Land, situé au sud-ouest de l’Allemagne, a mis en ligne en début de semaine une plateforme offrant «un canal de communication sécurisé et anonyme» pour permettre à des particuliers de signaler les fraudeurs.

D’après les explications données par le ministre régional des Finances, Danyal Bayaz, ce nouveau portail doit permettre des échanges anonymes entre l’administration fiscale et les dénonciateurs et une amélioration de la numérisation des démarches.

Jusqu’ici, a souligné le ministre, des dénonciations étaient possibles mais uniquement par lettre ou courrier électronique, ce qui limitait les possibilités d’enquête et d’archivage.

Les dénonciations devront cependant être étayées par des preuves concrètes avant l’ouverture de toute enquête fiscale, assure Bayaz. Toutefois, cette initiative ne fait pas consensus auprès de la classe politique.

Le chef de file régional des libéraux, Michael Theurer, dénonce ainsi une «dimension complètement nouvelle de la dénonciation» qui révèle selon lui une «mentalité de gardien de bloc».

Même son de cloche du côté des conservateurs de la CDU, pourtant partenaires de coalition des écologistes dans le Bade-Wurtemberg: «une fois de plus, les Verts montrent leur vrai visage», a fustigé Thorsten Frei, vice-président du Land, s’inquiétant d’une vague de suspicion qui risque de s’abattre sur les contribuables.

Cette initiative «crée un climat de méfiance», a abondé dans le même sens Bernd Gögel, dirigeant du groupe de l’AfD (extrême droite) au parlement régional.

Le syndicat du secteur des services, Verdi, relève pour sa part que l’initiative doit être complétée pour être efficace par le recrutement de nouveaux personnels, «sinon ce sera beaucoup de bruit pour rien».

A quelques semaines d’élections au dénouement indécis, l’initiative de la seule région dirigée par les Verts est devenue un thème de débat dans un pays où la fraude est évaluée à environ 50 milliards d’euros chaque année.

Avec AFP

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page