Monde

Espagne : Sanchez veut un gazoduc connecté à l’Europe centrale

Le projet d’un gazoduc traversant les Pyrénées «est quelque chose que le gouvernement espagnol réclame et demande à l’Europe depuis déjà longtemps», a déclaré le dirigeant socialiste à la presse durant une visite sur l’île de La Palma, dans l’archipel espagnol des Canaries.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a plaidé mardi en faveur de la construction d’un gazoduc reliant la péninsule ibérique à l’Europe centrale à travers la France, susceptible d’aider à réduire la dépendance vis-à-vis du gaz russe.

Le projet d’un gazoduc traversant les Pyrénées «est quelque chose que le gouvernement espagnol réclame et demande à l’Europe depuis déjà longtemps», a déclaré le dirigeant socialiste à la presse durant une visite sur l’île de La Palma, dans l’archipel espagnol des Canaries.

«Nous espérons que ce rêve devienne bientôt réalité», a-t-il poursuivi, se félicitant des propos tenus la semaine dernière par le chancelier allemand Olaf Scholz, qui avait estimé qu’une interconnexion entre la péninsule ibérique et l’Europe centrale via la France manquait «dramatiquement» à l’Europe.

Un tel gazoduc «contribuerait aujourd’hui grandement à soulager et détendre la situation de l’approvisionnement», avait affirmé le chancelier allemand, dont le pays est l’un membres de l’UE les plus dépendants des importations de gaz russe.

Sánchez a abondé dans le même sens, en affirmant que «l’Espagne a beaucoup à apporter à l’Europe pour réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie grâce à notre immense capacité de regazéification», soulignant qu’«un tiers de la capacité totale de regazéification de l’Europe se trouve en Espagne».

Il se référait au fait que l’Espagne dispose de six terminaux permettant de traiter du gaz naturel liquéfié (GNL) importé par des méthaniers afin de le retransformer en gaz qui peut ensuite être injecté dans le réseau gazier espagnol pour être éventuellement exporté.

Mais dans le même temps, l’Espagne n’a que deux connexions de faible capacité avec la France à hauteur du pays basque (nord-ouest du pays).

«Nous sommes en train d’exporter de l’énergie et nous allons le faire encore plus quand nous améliorerons les interconnexions», a ajouté M. Sánchez.

Un projet de gazoduc entre la Catalogne (nord-est de l’Espagne) et le sud-est de la France, baptisé MidCat, avait été lancé en 2013, mais il a été abandonné en 2019 pour diverses raisons, notamment financières.

La ministre espagnole de la Transition écologique, Teresa Ribera, a indiqué la semaine dernière qu’Enagas, le propriétaire et gestionnaire du réseau gazier espagnol, estimait à «approximativement huit à neuf mois» le temps nécessaire pour qu’un tel gazoduc soit opérationnel côté espagnol, mais a aussi souligné que tout dépendait de la partie française.

Le ministère français de la Transition énergétique avait accueilli sans enthousiasme ces propos, rappelant qu’«un tel projet mettrait dans tous les cas de nombreuses années à être opérationnel» et «ne répondrait donc pas à la crise actuelle».

Sami Nemli avec agences

Ce que révèle le dernier rapport sur le branding Morocco



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page