Monde

Covid-19 : l’Afrique face à la quatrième vague provoquée par le variant Omicron

Le continent est confronté à une nouvelle vague de pandémie liée au variant Omicron. Une hausse de 83% du nombre de nouveaux cas de Covid-19 a été enregistrée ces derniers jours.

L’Afrique est frappée par une quatrième vague de la pandémie de covid-19 provoquée par le nouveau variant Omicron, avec la plus rapide augmentation hebdomadaire du nombre de nouveaux cas enregistrée depuis mai 2020. Voilà ce qu’a révélé, mardi, une responsable de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). «L’Afrique est officiellement dans la quatrième vague de la pandémie de Covid-19, qui est en partie due au variant Omicron», a déclaré Mme Matshidiso Moeti, directrice de l’OMS-Afrique, lors de la conférence de presse de fin d’année qui s’est tenue à Brazzaville. Elle a ajouté que le continent a connu une hausse de 83% du nombre de nouveaux cas de Covid-19 pour la semaine du 6 au 12 décembre, aggravée par les variants Delta et Omicron, soit la hausse la plus rapide enregistrée depuis mai 2020. À ce jour, plus de 2.700 cas du variant Omicron ont été signalés dans 59 pays, dont 11 pays africains qui représentent environ 33% du total. Mais selon l’OMS, la part de l’Afrique diminue régulièrement, alors que l’Afrique du Sud n’est plus en tête dans le monde en ce qui concerne le nombre de cas d’Omicron.


La vaccination à la traîne
Concernant les interdictions de voyage imposées aux pays d’Afrique australe en raison du variant Omicron, Moeti a fait remarquer que les défis liés à la vaccination en Afrique sont aggravés par ces interdictions, au moment où la couverture vaccinale y demeure «décevante». «Seulement six pays ont atteint l’objectif de vaccination complète de 40% de leurs citoyens à la fin de l’année, et seuls 20 pays ont réussi à atteindre une couverture de 10%», a-t-elle relevé, soulignant que l’Afrique risquait de ne pas atteindre l’objectif de couverture vaccinale de 70% avant août 2024. «Les interdictions de voyage ont peu d’impact sur le cours d’une épidémie, mais ont un effet socio-économique massif», a estimé Moeti, appelant les pays à «reconsidérer leurs décisions imposées aux pays africains». Deux ans après le début de la pandémie de Covid-19, ces nouvelles restrictions de voyage «mettent en péril la santé de millions d’Africains», ajoute-t-elle.

Sami Nemli / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page