Monde

Afrique : la CEA veut booster le secteur privé

La 54e Conférence ministérielle de la CEA a réuni les experts de la Commission économique pour l’Afrique avant l’ouverture de la rencontre des ministres de l’Économie, des finances, de la planification et du développement économique. L’occasion pour la Secrétaire exécutive de l’institution d’annoncer l’intention de la CEA de se mettre à la disposition du secteur privé pour travailler à son développement. 

«La croissance des entreprises africaines, c’est la croissance de l’Afrique», déclarait Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), mardi, à la cérémonie de clôture de la 54e conférence ministérielle des États membres de la CEA, tenue au Centre international de conférences Abdou Diouf de Diamniadio au Sénégal.


C’est conformément à cette logique que la Secrétaire exécutive de l’institution a annoncé que la Commission économique pour l’Afrique (CEA) compte se mettre à la disposition du secteur privé pour travailler à son développement. Vera Songwe a, par ailleurs, relevé que la CEA «n’a pas beaucoup parlé du secteur privé africain qui souffre aussi des chocs exogènes.

Nous devons travailler sur les mécanismes de financement du secteur privé africain et nous assurer de son développement puisque s’il y a une crise, les étrangers partent laissant sur place les entreprises locales», a-t-elle dit.

Pour la Secrétaire exécutive de cette instance des Nations-Unies à l’initiative de la rencontre, «il y a beaucoup de faillite dans ce secteur qui induit beaucoup de chômage. Or, c’est le secteur privé local qui continue à tirer nos économies en période de crise», a-t-elle souligné, estimant que «la résilience est tirée par le secteur privé africain resté en Afrique durant la crise sanitaire avec la pandémie de Covid-19».

En parlant de finance de la relance économique, elle a proposé au nom de la CEA de «travailler davantage avec le secteur privé africain dans le cadre de la Zone de Libre-échange continental (ZLECAF)».

La Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique espère qu’à travers les initiatives nationales et régionales de relance des activités, le secteur privé sera mis en exergue et les entreprises africaines pourront se maintenir, se développer et être compétitives sur le marché international.

Soulignons que la 54e conférence ministérielle de la CEA a d’abord réuni les experts de la CEA avant l’ouverture de la rencontre des ministres de l’Économie, des finances, de la planification et du développement économique qui a permis d’échanger sur le financement de la relance de l’Afrique à travers des solutions innovantes.

Un «sujet particulièrement important» selon la CEA, dans le contexte de crise sanitaire de la pandémie Covid-19, toujours d’actualité et de guerre en Ukraine en cours.

Sami Nemli avec agences / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page