Dossiers

Hôpital privé de Marrakech : Un Nec plus ultra à l’ambition continentale

Hôpital privé de Marrakech : Un Nec plus ultra à l’ambition continentale

L’Hôpital privé de Marrakech étoffe son offre. La polyclinique à vocation chirurgicale compte désormais 8 pôles d’excellence dont deux ajoutés récemment notamment dans les secteurs de l’hémato-oncologie destinés au traitement du cancer du sang et de la cardiologie.

L’équipe de communication de l’établissement qui était venue nous prendre à l’hôtel nous avait prévenu : la visite guidée à l’Hôpital privé de Marrakech (HPM) va durer environ une heure. Il nous a fallu près du double du temps prévu pour faire le tour du bâtiment situé à 10 minutes du centre-ville, à proximité de l’aéroport. Bâti sur une superficie d’un hectare dont 26.000 m² couverts, HPM est construit selon des normes hospitalières internationales. Imposant déjà de loin et facilement reconnaissable dans le paysage grâce à son architecture digne d’un hôtel de luxe, la polyclinique à vocation chirurgicale couvre plus de 20 spécialités et s’appuie sur 8 pôles d’excellence.

Prestations de pointe

Elle est dotée de plateaux techniques de dernière génération. Déjà, lors de son inauguration à l’occasion de la célébration du 18e anniversaire de l’accession du roi Mohammed VI au trône, «tout était là» mais pour renforcer davantage sa prestation médicale d’excellence en s’appuyant sur l’expertise de son personnel estimé à plus 140 collaborateurs, l’établissement appartenant au réseau de cliniques Evya, qui développe des unités médicales modernes dotées d’équipements de pointe au Maroc, a décidé de revoir ses ambitions à la hausse dernièrement. L’actualité du complexe hospitalier c’est l’ouverture de deux secteurs nouveaux, à savoir l’hémato-oncologique pour le traitement du cancer du sang (l’hématologie et l’oncologie médicale) et le pôle cardiologique, lequel comprend l’intégralité de la filière cardio ; représentés par deux plateaux différents et des équipements de dernière génération à «l’instar de l’ensemble des équipements du complexe hospitalier», selon le directeur d’exploitation de HPM, Denis Dupont.

«Une envie forte de travailler…»

«Le développement de ces secteurs figurait déjà dans notre feuille de route», a-t-il ajouté en précisant que le pôle cardio est arrivé un peu plus tôt. Selon le patron de l’établissement, «c’est la découverte des chirurgiens, qui avec une envie forte de travailler, ont clairement lancé les rails de ce pôle ici à HPM». Et le fruit du «dévouement» de ces derniers semble porter ses fruits. «Nous avons ouvert le bloc dédié aux opérations à cœur ouvert il y a seulement quatre semaines mais déjà quatre interventions lourdes ont été réalisées», a rappelé Denis Dupont dans la foulée de la visite guidée fleuve qu’il a lui-même présidée. Des salles de consultations externes au secteur des urgences, ouvert 24/7, en passant par le bloc opératoire qui comprend dix salles, au total il fallait parcourir 5 km pour faire le tour du bâtiment.

Deux nouveaux pôles

Ainsi, ces deux nouveaux secteurs sont venus renforcer l’offre de l’infrastructure qui comporte déjà un département dédié à la chirurgie esthétique, la neurologie, l’obstétrique et la gynécologie, l’urologie et la dermatologie. Gage de vitalité du complexe hospitalier, lequel abritera dans les semaines à venir un centre de greffe de la «moelle». Il faut souligner à ce niveau que hormis la gynécologie-obstétrique, une spécialité de la médecine et de la chirurgie, l’établissement médico-chirurgical «accueille» toutes les pathologies. Évidemment, la majorité des patients vivent dans la ville ocre mais d’autres malades viennent d’autres villes, même de l’étranger pour se faire soigner à HPM. «Nous avons reçu des patients qui sont venus de Londres grâce notamment à notre page Facebook qui est très suivie sur la toile», selon la directrice des soins, Badia Jabrane. Pour la chirurgie, il faut compter 150 patients par mois. À ce jour, 350 séances ont été menées dans l’espace de chimiothérapie, ouvert il y a seulement trois mois, indique-t-on. Un «engouement» qui s’explique par la qualité de service des soins prodigués dans cette structure sanitaire, «qui obéit aux standards internationaux» mais qui applique des tarifs respectant «la nomenclature marocaine en la matière». Résultat, tous les Marocains ont accès au service de HPM «qu’ils bénéficient d’une couverture maladie ou pas», est-il expliqué.

«Continuer à s’agrandir…»

Par ailleurs, l’hôpital qui vise à offrir «des soins médicaux exceptionnels en raison de son staff médical et paramédical de haut niveau» dispose de nombreuses instances notamment un comité médical d’établissement, une instance consultative visant à associer le corps médical à la gestion de l’établissement, un comité d’éthique et d’aide à la décision clinique, un comité de lutte contre la douleur, une instance dont la mission essentielle est d’organiser et de coordonner la lutte contre la douleur, le CLIN, lequel est chargé d’élaborer et de conduire un programme d’actions visant à prévenir les infections nosocomiales et réduire leur fréquence. «Le projet de tout cela» est très clair, «faire en sorte que ce fleuron national qui est un vaisseau amiral dans le panorama médical marocain», continue de s’agrandir par de nouvelles spécialités au fur et à mesure de notre développement, a conclu pour sa part le chirurgien Dr. Tajmouati A. Taoufik.

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page