Culture

Festival Gnaoua et Musiques du Monde : Rendez-vous en terre bien connue…

Du 12 au 15 mai, Essaouira lance la 19ème édition du festival Gnaoua.   Une édition tournée vers le futur mais qui n’oublie pas ses maîtres.


C’est parti pour une 19e édition qui promet de belles surprises. Le Festival Gnaoua Musiques du Monde célèbre la mémoire des maîtres qui nous ont quitté cette année tout en laissant cet héritage à une jeunesse prometteuse. Du 12 au 15 mai, à Essaouira, le festival célébrera la vie et la musique, grâce à une programmation éclectique et qui colle à la peau du festival authentique. L’ouverture rendra hommage aux mâalems Mahmoud Guinea et  Doudou N’diaye Rose.  «Les stars du festival sont les Gnaouas», précise Neila Tazi, directrice du festival, avant que son directeur artistique, Karim Zyad n’ajoute : «C’est le premier festival où l’un des plus grands gnaouis, Mahmoud Guinea, est mort. 

Certains aspects de la programmation vont être adaptés en fonction, comme ce concert d’ouverture qui rend hommage au défunt et comme il a toujours revendiqué son africanité, ce sera un double hommage puisqu’un grand percussionniste est décédé cette année : Doudou Ndiaye Rose. ». Les festivités continueront sur des notes de résidences et de fusions, comme le veut la tradition du festival. En effet, le Maroc part à la rencontre de l’Afrique et des racines africaines dans le monde. Maâlem Abdeslam Alikane et Songhoy Blues animeront une résidence entre le Maroc et le Mali avant de laisser place aux enfants de Mahmoud Guinéa et de Doudou N’diaye Rose pour une rencontre rythmée entre le Maroc et le Sénégal.

Du côté des fusions, Mâalem Mohamed Kouyou rejoindra Jeff Ballard Trio sur scène pour une folie à mi-chemin entre le Gnaoua et le Jazz, Jamaaladeen Tacuma s’alliera au Mâalem Hassan Boussou pour un voyage funky-jazz-ganoui, Las Migas & Mehdi Nassouli Trio iront puiser du côté de l’Andalousie pour un mélange flamenco gnaoua avant de découvrir ce que Mâalem Abdelkébir Merchane & Issaoua de Fès ont concocté pour un voyage 100% marocain.

Le festival sera aussi l’occasion de découvrir ou redécouvrir de grands noms du jazz.  De Randy Weston, à Jamaaladeen Tacuma, Christian Scott et Jeff Ballard Trio en passant par Blitz The Ambassador, Hassan Hakmoun, Mâalem Omar Hayat, Jaba & Friends, Hoba Hoba Spirit, N3rdistan, Rachida Talal, ou encore Oudaden, le festival confirme sa qualité d’hôte de musiciens de renom et surtout de grand calibre. Et le tout avant de laisser place à une clôture magistrale, une clôture qui se fera dans l’élégance et la magie du patrimoine ghiwani en hommage au plus hippy des hommes de culture et de théâtre du Maroc et du monde arabe : Tayeb Seddiki. Essaouira, sa ville natale, compte lui rendre un vibrant hommage en plongeant dans les années 70 avec Mohamed Derham, Nabil El Khaldi et Mâalem Mustapha Baqbou.

Concerts, fusions, résidences et émotions mais pas seulement puisqu’en marge de la programmation musicale et des différentes scènes que propose le festival, la ville vit aux rythmes de l’art, de la culture et de l’ouverture vers l’Afrique. Le rendez-vous authentique du festival, celui du forum propose une thématique ancrée dans les racines africaines à savoir : «Diasporas africaines : racines, mobilité, ancrage», les 13 et 14 mai 2016. Une cinquième édition du forum qui rappelle l’attachement du Maroc à son africanité et qui invite à prendre part au rendez-vous un panel d’intervenants de qualité. Cette année, le festival donne la part belle à la jeunesse en perpétrant la transmission de l’art Tagnaouite. Un tremplin pour jeunes mâalems qui permettra de dénicher les talents cachés et de les mettre en lumière, afin de conserver le pouvoir du passé et des traditions et de les perpétuer encore longtemps. Bon festival !  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page