Éco-Business

Zones industrielles durables : Dernière ligne droite pour le Fonzid

 


Les réunions d’informations ont débuté jeudi dernier. Outre la sensibilisation des partenaires publics et privés, ces rencontres ont été l’occasion de lancer l’enquête de paramétrage du fonds.

U  ne mise de 127 millions de dollars dont 1 million pour la phase d’amorçage. C’est, rappelons-le, le budget du Fonds des zones industrielles durables (FONZID) qui sera créé par le gouvernement et le Millenium Challenge Corporation (MCC) dans le cadre du second programme de coopération (Compact II) pour le financement d’initiatives et projets publics et privés visant l’amélioration de la performance économique, sociale et environnementale des entreprises au sein des zones industrielles. Mais quelle est la vision qui sous-tend la création de ce fonds et quels projets y seront éligibles ? Telles sont les principaux points sur lesquels le ministère de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique (MICIEN) et le MCC ont tenu à éclairer les principaux partenaires publics et privés à travers de rencontres d’information. La première étape s’est tenue le jeudi 19 mai à Casablanca alors que la deuxième rencontre est prévue ce vendredi 20 mai au niveau de la régionTanger-Tétouan-Al Hoceima. 

Le 24 mai, c’est autour de la région Rabat-Salé-Kenitra d’abriter cette rencontre. Revenant sur les objectifs du fonds, Abdelghani Lakhdar, conseiller du chef de gouvernement a tenu à rappeler celui de la revitalisation ou la création de zones industrielles durables. Une vision qui se traduit selon le conseiller par le privilège qui sera accordé aux projets innovants, rentables, inclusifs et intégrant les aspects de genre et environnementaux et sociaux en conformité, il convient de le noter, avec la politique environnementale du MCC. Des exigences qu’il a, dans un souci de clarté, énoncé sous forme de critères dont avant tous ceux liés à l’amélioration de la gouvernance au niveau des zones industrielles.

À ce titre, Lakhdar a cité l’exemple de la création d’une unité de gestion durable des zones, des initiatives d’accompagnement pour la mise en place d’une démarche RSE, de programmes visant à assister les associations et des projet de gestion ou développement de nouvelles zones industrielles ou de revitalisation des zones existantes. Outre la gouvernance, le conseiller a insisté sur l’amélioration des performances environnementales dans lesdites zones citant comme projets entrant dans ce cadre la construction d’une station d’épuration ou de prétraitement, d’un centre de tri ou d’énergie renouvelables ou encore un programme d’incitation en vue d’encourager les industriels à atteindre des performances environnementales ou sociales élevées.

Toujours dans cette perspective, Lakhdar est, entre autres, revenu sur les projets portant sur les offres de services aux entreprises comme la création de centres de formation, de guichet d’intermédiation formation-emploi, de transports en commun ou de restauration. Le conseiller a refermé la listes des exemples de projets soutenables avec le lancement d’études économiques techniques, environnementales ou de faisabilité et ceux visant les TPI et TMI comme la création de locaux prêts à l’emploi, les incubateurs d’entreprise et les centre de réseautage. Si le comité de coordination est fixé sur ces principes d’éligibilité au Fonds, il lui reste toujours à identifier les tendances en termes d’initiatives et de projets, les besoins des acteurs économiques ainsi que les parametres manuels de gestion et d’exécution du fond correspondant à ces tendances.

C’est le sens de l’enquête de paramétrage qui vient d’être lancée et à laquelle ont été invitées à participer toutes les institutions désireuses de s’impliquer dans ce projet de revitalisation et de durabilité des zones industrielles. Toujours dans cette perspective, un centre d’expertise chargé de diffuser les bonnes pratiques pour le développement du foncier industriel sera mis place pour appuyer le gouvernement dans la mise en œuvre de cette nouvelle approche qui sera basée notamment sur le développement des études de marché et d’une stratégie à long terme, en matière de planification des zones industrielles. Pour rappel, le Fonzid vise  la création de 4 zones pilotes d’au moins 200 ha avec 92.000 emplois à la clé.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page