Éco-Business

William Fellows : “Le GEFF II doit permettre de réduire de 83 200 tonnes/an les émissions de CO2”

William Fellows
Chef d’équipe à la BERD, Consultant de la Facilité pour GEFF II et GVC

Pour aider le Maroc à respecter ses engagements d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, et simultanément les entreprises locales de toutes tailles à atteindre leurs objectifs de compétitivité et de décarbonation, il y a une institution financière sur qui le Maroc peut compter. Il s’agit, notamment, de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) qui, après avoir marqué les esprits avec le MorSEFF, poursuit son appui au Royaume avec le MorGEFF dont William Fellows détaille la genèse, les spécificités et les ambitions.


La BERD et la BMCI poursuivent leur partenariat dans le cadre du Green Economy  Financing Facility (GEFF) Morocco. C’est quoi au juste le GEFF ?
Le programme Green Economy Financing Facility (GEFF) de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) est l’un de ses principaux outils pour soutenir la transition stratégique vers l’économie verte. Il a pour but d’aider les économies où la BERD est présente à construire des économies vertes et résilientes à faible émission de carbone. Le programme GEFF dispose d’un réseau de plus de 140 institutions financières locales dans 26 pays soutenus par plus de 4 milliards d’euros de financement de la BERD. Il a déjà permis à plus de 130 000 clients d’éviter collectivement près de 7 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an. Avec le GEFF, la BERD vise à atteindre des réductions annuelles nettes d’émissions de GES d’au moins 25 millions de tonnes au cours des cinq prochaines années. S’agissant du GEFF II, c’est une ligne qui est mise en place par la BERD avec le soutien de l’Union européenne (UE) et du Fonds vert pour le climat (GCF). Il fait suite à la mise en œuvre réussie du programme MorSEFF au cours de la période 2015-2021, et du programme Green Value Chain (GVC) sur le marché depuis 2019. Le GEFF II est un programme financier qui fournit des financements aux institutions financières partenaires (PFI) locales pour le secteur privé afin de financer des investissements verts dans les domaines de l’énergie durable (efficacité énergétique et énergies renouvelables), de la conservation de l’eau, de la réduction des déchets, des bâtiments verts, de l’économie circulaire et de la protection contre l’érosion des sols.

Qu’est-ce qui le distingue du MorSEFF qui a eu un succès retentissant au Maroc ?
Le programme GEFF, et plus particulièrement la ligne GEFF II, est une continuité du programme SEFF de la BERD dont MorSEFF faisait partie. En plus de l’énergie sur laquelle se focalisait le programme MorSEFF, le GEFF se caractérise par une vision plus élargie de l’adaptation et de l’atténuation au changement climatique. Les projets d’investissement éligibles pour les emprunteurs privés sont très similaires à MorSEFF dans tous les secteurs – industrie, services comme la santé ou le tourisme, agriculture et agro-industrie, etc.,- mais élargis. Comme MorSEFF, les projets privés en énergies renouvelables (ENR) pour l’autoproduction (solaire, éolien, déchets) et l’efficacité énergétique (EE) sont éligibles. Comme l’a démontré le MorSEFF, dans ces conditions de pandémie difficiles, ces investissements EE et ENR sont d’excellents investissements défensifs pour réduire les factures d’énergie et d’intrants et en même temps pour améliorer la compétitivité sur le marché national et international. Ils réduisent les coûts de production et augmentent les revenus. En plus de ce qui était couvert par MorSEFF, de nouveaux domaines d’investissement dans l’économie verte sont éligibles pour le GEFF, par exemple, l’efficacité de l’eau et la réutilisation des eaux usées en tant qu’investissements d’adaptation au climat et investissements dans l’économie circulaire. Cela peut, par exemple, inclure des investissements tels que le retraitement de l’eau dans une chaîne de traitement de l’agro-industrie ou des systèmes d’irrigation goutte à goutte modernes. Les investissements dans l’économie circulaire pourraient inclure, par exemple, le retraitement des déchets plastiques pour une entreprise d’emballage. De plus, la construction de nouveaux bâtiments écologiques certifiés sous une certification reconnue par la BERD (telle que EDGE, LEED, BREEAM…) est éligible à 100 % de leur coût d’investissement.

Dans le cadre du GEFF, vous avez accompagné la BMCI pour une première ligne de financement de 20 millions d’euros qui a été placée avec succès. Quel bilan faites-vous de cette ligne ?
Il s’agit de la ligne MorSEFF Plus dont 20 millions d’euros ont été octroyés à la BMCI. Ce fut une ligne de transition entre le MorSEFF et le nouveau programme GEFF, et qui a permis de financer des investissements énergétiques durables dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables pour l’autoproduction, mais était également ouverte aux nouveaux domaines d’investissement d’adaptation climatique du programme GEFF dans l’efficacité des ressources, y compris l’efficacité de l’eau et la réduction des déchets.

Quel rôle joue exactement la BERD dans le cadre du placement du GEFF II, auprès de la BMCI et auprès du client final chez qui elle est parfois appelée à intervenir ?
à travers ses programmes GEFFs, en général, la BERD fournit des lignes de crédit aux institutions financières locales (banques, sociétés de leasing) afin qu’elles puissent financer les investissements verts d’un grand nombre de bénéficiaires éligibles. Au-delà d’un simple prêt financier, la BERD met à la disposition des institutions financières partenaires locales une équipe expérimentée de banquiers et de gestionnaires de programmes techniques qui veille à la qualité et à l’innovation constantes des produits et services du GEFF. En outre, le GEFF intègre dans son offre une assistance technique locale dédiée, à travers la mobilisation de son équipe du Facility Consultant, qui accompagne les institutions financières partenaires (à travers différentes formations) et leurs clients en les guidant dans le choix des équipements/technologies, ainsi que l’évaluation de leurs investissements. Cette assistance technique gratuite est présente tout au long du process de mise en place de la ligne. Il convient de noter que le GEFF II est soutenu par les mêmes équipes de la BERD et le même Facility Consultant qui ont assuré le succès des lignes MorSEFF et MorSEFF Plus ainsi que des lignes GVC actuelles.

Venons-en aux équipements, pouvez-vous nous expliquerl’importance du catalogue  de la BERD ?
C’est une innovation notable dans le cadre du GEFF par rapport au MorSEFF. Pour tout financement GEFF, la BERD a mis à la disposition de ses bénéficiaires sa plateforme mondiale de technologies vertes, le Green Technology Selector (GTS) (disponible sur l’adresse https://techselector.com/morocco-fr/). Il s’agit d’une plateforme intégrée pour les équipements de technologie verte éligibles au financement GEFF. En tant que responsable de l’équipe des consultants de la facilité, je souhaite préciser aux fournisseurs d’équipements que la portée du GTS s’étend du Maroc à la Mongolie. Ce catalogue d’équipements pré-approuvés n’est qu’une option (il est important de noter que ce n’est pas une exigence) disponible pour les clients de nos PFI pour accélérer l’évaluation de projets plus simples et à petite échelle (allant jusqu’à 250 000 euros en valeur ou environ 2,5 millions MAD). Tout équipement du GTS est considéré comme pré-approuvé pour le financement du GEFF (ou également du GVC). Pour l’emprunteur – et peut-être aussi important, pour le vendeur local de cet équipement – le GTS fournit une approbation expresse. L’emprunteur – avec peut-être l’aide du vendeur – n’a qu’à imprimer un certificat du GTS comme preuve d’éligibilité. Par exemple, un opérateur agroalimentaire, souhaitant louer des chariots élévateurs électriques de haute qualité et à haut rendement pour des performances améliorées et une pollution réduite, pourrait se rendre chez le concessionnaire et trouver un chariot élévateur électrique pré-répertorié, demander un crédit-bail à notre PFI et être expressément approuvé pour un cashback de 10% sur chaque location. Actuellement, à l’échelle mondiale, le GTS compte plus de 16 000 produits uniques dans les équipements d’efficacité énergétique, d’énergie renouvelable, d’efficacité de l’eau, d’efficacité des ressources dans 15 catégories et 73 technologies spécifiques. Les équipements pré-approuvés couvrent une gamme très large où l’on trouve des chaudières, des pompes à chaleur, des équipements de refroidissement, des équipements solaires photovoltaïques et de cogénération, des équipements de transport logistique comme les chariots élévateurs électriques et des équipements d’efficacité de l’eau pour l’agriculture commerciale tels que les serres et l’irrigation goutte à goutte, ainsi que des équipements de réutilisation et de récupération de l’eau. Les clients peuvent consulter la liste complète sur le GTS. Le GTS est également disponible via une application mobile permettant au fournisseur et/ou client d’avoir la plateforme à portée de main. Les fabricants et concessionnaires d’équipements vertes intéressés peuvent s’inscrire eux-mêmes en tant que vendeur (techselector.com). La plate-forme GTS est une opportunité unique de visibilité mondiale, car le GTS est une plateforme mondiale en ligne permettant aux fabricants et vendeurs de technologies vertes à se connecter avec des clients potentiels. L’inscription est gratuite, une fois vos produits enregistrés, ils seront en ligne et toujours visibles par tous les acheteurs potentiels.

Quels sont les objectifs visés par la BERD à travers le GEFF II?
Le GEFF II est spécifiquement une facilité de 163,5 millions d’euros, mobilisée dans le cadre du GEFF pour les investissements dans la transition vers une économie verte, conformément à la méthodologie et à l’approche de la BERD en matière de financement intermédiaire des technologies d’énergie durable, d’efficacité des ressources et de résilience climatique. GEFF II fournit un financement et un soutien aux partenaires de la BERD, dont la BMCI, pour le financement d’emprunteurs du secteur privé (petites entreprises, entreprises et ménages) au Maroc pour des investissements dans les technologies vertes et les services soutenant des projets d’économie verte. Son objectif primordial est de financer, via nos PFIs, des investissements dans l’économie verte pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique par les entreprises du secteur privé au Maroc (y compris les entrepreneurs individuels, les professionnels et les entreprises sans restriction de taille). Afin d’aider le Maroc à respecter ses engagements d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, et simultanément les entreprises marocaines de toutes tailles à atteindre leurs objectifs de compétitivité et de décarbonation, ces investissements doivent conduire à la réduction de 83 200 tonnes/an des émissions de CO2. Les économies d’énergie, par le biais de l’efficacité énergétique, doivent atteindre 163 GWh/an, tandis que l’autoproduction d’électricité à partir de sources renouvelables devrait totaliser 30 MW.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page