Éco-Business

UPF : un programme sur mesure pour la rentrée 2021/2022

Pour répondre à la demande du marché du travail dans un Maroc qui bouge, l’Université Privée de Fès a conçu une offre de formation de qualité sur mesure adaptée au contexte social et économique du pays.

Première université privée reconnue par l’État au niveau de la ville de Fès, capitale spirituelle et culturelle du royaume, l’institution ne ménage aucun effort pour préserver son statut d’établissement d’excellence, la qualité de son enseignement et de ses diplômes. Dans ce sens, l’Université privée de Fès (UPF) est fin prête pour la rentrée universitaire 2021/2022. «Que ce soit pour les cours eux-mêmes ou les supports de cours, nous menons régulièrement des réunions avec le staff pédagogique pour une mise au point de tous les outils et mécanismes d’accompagnement de nos étudiants», explique le vice-président de l’UPF, Pr. Mohammed Ouazzani Jamil. Composée de quatre structures indépendantes, notamment la Faculté des sciences de l’ingénieur, la Fès Business school, l’Institut des hautes études juridiques et sociales et l’École supérieure des métiers de l’architecture et du bâtiment, l’UPF a concocté pour ses étudiants, à la rentrée d’octobre, un programme sur mesure. Les apprenants ont le choix entre un parcours d’Ingénieur d’État ou de Master «Bac+5», ou un parcours Bachelor «Bac+4», avec plus de 20 spécialités les plus convoitées par les entreprises nationales et multinationales.


«La nouveauté, cette année, c’est l’instauration du système Bachelor au niveau de la Fès Business School, lequel demande une organisation spéciale», souligne Pr. Ouazzani Jamil.

Si les langues ont une place particulière dans le nouveau système, les soft-skills et les outils numériques seront plus que jamais au rendez-vous avec cette nouvelle formule. Tout en favorisant le développement intellectuel, culturel et humain, la créativité, le sens de l’initiative, le leadership, l’intelligence émotionnelle, la capacité d’arbitrage et de prise de décision, le management de l’UPF se mobilise pour préparer ses étudiants à la vie professionnelle en tenant compte des nouvelles réalités du marché du travail au Maroc et à l’étranger.

«Nous avons des formations dédiées aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. D’ailleurs, nous avons revu notre filière Génie informatique de manière à l’adapter aux demandes du marché du travail», ajoute le vice-président de l’université.

Avec la pandémie de la Covid-19, la digitalisation ou la e-gouvernance se sont, plus que jamais, imposées à notre quotidien, explique-t-il, notant que l’UPF n’a pas attendu la crise sanitaire et économique pour se mettre au digital. Un autre thème cher à l’UPF, c’est la mobilité internationale, qui est à la fois une priorité et un positionnement stratégique pour les universités. Dans cet ordre, l’Université privée s’est associée, en août dernier, au premier Réseau africain pour la mobilité scientifique des étudiants Sud-Sud (RAMSESS). En tant que co-fondatrice de RAMSESS, l’UPF ambitionne de renforcer les liens et reconnaissances mutuelles avec les pays partenaires du réseau, et ce, afin de promouvoir l’enseignement supérieur et la recherche scientifique en Afrique. Les membres de RAMSESS capitalisent sur des accréditations internationales et le recrutement par voie sélective, accordant ainsi des cursus aboutissant à des formations professionnelles de haut niveau. D’ailleurs, poursuit-t-il, nous avons un processus de recrutement très rigoureux et nous encourageons l’esprit de compétition tout en favorisant le sens du travail d’équipe efficace, lequel s’appuie sur des relations professionnelles respectueuses entre collègues. Outre le digital, la recherche et l’innovation sont des thèmes chers à l’UPF. La preuve, en juillet dernier, l’établissement a procédé au lancement officiel d’un centre d’excellence sur les batteries «CEB@UPF». En lançant ce centre, l’UPF propulse le Maroc sur le marché mondial des batteries qui passera de 80 Billions de dollars en 2020 à 200 Billions de dollars en 2030. «Le centre d’excellence sur les batteries est considéré comme le premier du genre au Maroc et sera le déclencheur pour le positionnement du Maroc par rapport à la recherche dans le domaine des batteries. Porté par le Professeur Rachid Yazami, avec les universités de la Région, il offre de nombreuses perspectives en la matière», a précisé le président de l’UPF lors de la cérémonie de lancement de cet outil stratégique.

Pr. Mohammed Ouazani Jamil
Vice-président de l’UPF

«Il n’y a pas de recette magique. Si l’UPF est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, c’est grâce au sérieux, à la persévérance et au travail de l’ensemble de nos équipes. Nous avons des objectifs clairs et une stratégie de développement bien définie. Mieux, nous sommes exigeants envers nous-mêmes et envers les étudiants et les enseignants formateurs»

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO Docs


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page