Éco-Business

Tourisme : le pacte de la CNT pour sortir de la crise

Ce nouveau Pacte public-privé, proposé par la CNT, est composé de 10 propositions d’ordre fiscal, financier et de gouvernance pour assurer la sauvegarde des entreprises et éviter la destruction massive des emplois.

Hamid Bentahar, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT) le dit et le répète! L’écosystème touristique a besoin, d’une manière urgente, d’un plan Marshal. Cette idée a été lancée lors de la 1ère édition de Souss-Massa Days. Et aujourd’hui, la confédération revient à la charge et décide de passer à l’offensive en proposant la mise en place d’un nouveau Pacte public-privé incluant des mesures fortes et responsables. Selon la CNT, ce pacte se veut être une solution de sortie de crise, particulièrement avec la reconduction de la suspension des vols et l’apparition du variant Omicron. C’est pourquoi ce nouveau pacte proposé par le CNT, et composé de 10 propositions, devra assurer, selon elle, la sauvegarde des entreprises et éviter la destruction massive des emplois tout en préparant le secteur à sa relance bien qu’il continue d’encaisser le choc de la pandémie. «L’évolution de la situation durant ces 21 derniers mois témoigne de la nécessité de prendre en considération la pandémie du Covid-19 comme un facteur structurel pour repenser le secteur du Tourisme», affirme la CNT. En ajoutant que «le chemin pour la réinvention en profondeur du secteur passe d’abord par la mise en place de mesures volontaristes afin d’assurer la résilience et la relance de l’écosystème».


Les propositions dans la continuité du contrat programme
Dans ce contexte, la CNT propose d’instaurer, avec les pouvoirs publics, un principe citoyen pour l’application des mesures de soutien. Ce dernier consiste à assujettir le démarrage des remboursements à l’ouverture du ciel et à la levée de l’état d’urgence, chose qui permettra aux opérateurs de satisfaire leurs engagements sociaux, fiscaux et financiers aussitôt que les conditions sanitaires et sécuritaires s’y prêteront. Il va sans dire que les mesures proposées par la CNT s’inscrivent dans la continuité des dispositions prévues par le contrat programme conclu le 3 août 2020. Celui-ci comprenait 21 mesures censées, à la fois, soutenir le secteur durant la crise, le relancer et le transformer durablement. Toutefois, seules deux mesures sur 21 ont été actionnées : l’indemnité forfaitaire de 2.000 DH octroyée aux employés du secteur et les avoirs clients (loi 30-20).

Charges sociales : révision
La première proposition avancée par la CNT est de procéder au prolongement du dispositif de versement de l’indemnité forfaitaire par la CNSS. Il s’agit aussi de la révision des échéanciers pour les paiements des charges sociales reportées et dues sur 2020 et 2021, pour un début de remboursement dès la levée des restrictions de voyage. Ce n’est pas tout : la CNT a demandé un moratoire fiscal au titre des années 2020 et 2021, pour les taxes locales, notamment la taxe professionnelle, pour un démarrage des remboursements 6 mois après la levée des restrictions de voyage avec étalement sur 48 mois, sans frais ni pénalités. Il s’agit aussi du reprofilage des crédits Daman Oxygène et de la dette bancaire inscrite à long terme avec le GPBM avec report des échéanciers des crédits leasing, crédits à la consommation pour les entreprises du secteur ainsi que leurs salariés. De surcroît, il est question aussi d’un début de remboursement 12 mois après la levée des restrictions de voyage, sans frais ni pénalités en plus de l’accélération de la mise en place du Fonds du tourisme adossé au Fonds Mohammed VI pour l’injection de fonds propres ou de quasi-fonds propres dans le bilan d’entreprises du secteur. Ce soutien financier alternatif et durable permettrait, selon la CNT, de renégocier les dettes des entreprises, de réduire le risque d’insolvabilité et d’accompagner les initiatives  de rénovation et/ou d’investissement.

Stimuler de la demande interne
Pour les autres mesures proposées, elles concernent la stimulation de la demande interne via l’incitation au voyage par la mise en place de chèques vacances défiscalisés et la régionalisation du calendrier des vacances scolaires. A cela s’ajoute la promotion et l’appui en plus de l’incitation au développement d’une offre d’animation diversifiée et d’expériences familles de qualité adaptée au pouvoir d’achat des citoyens marocains. Toujours selon la CNT, il est nécessaire aussi de mettre en place du financement au niveau régional, pour renforcer la compétitivité des acteurs, favoriser l’émergence de nouveaux écosystèmes et promouvoir la création d’emplois en zone rurales à travers l’écotourisme, le tourisme sportif, culturel et bien d’autres. Afin de favoriser le développement de cette offre, il sera essentiel, selon la CNT, d’apporter un accompagnement technique et financier pour la transformation digitale de ces acteurs et d’élaborer une offre de formation spécifique en faveur de leur professionnalisation. Il s’agit aussi de la mise en place d’un plan offensif pour rétablir la confiance avec les compagnies aériennes, consolider les relations avec les tour-opérateurs afin de reconstruire et diversifier les autoroutes aériennes nationales et internationale, en partenariat avec les compagnies aériennes et maritimes. Par ailleurs, la CNT propose de refondre la fiscalité afin de préserver la compétitivité de l’industrie touristique marocaine et soutenir le secteur informel dans la transition vers le respect des réglementations, des normes et l’amélioration de la qualité de l’emploi. Outre l’amélioration des outils de mesure, de suivi et de pilotage à travers la refonte de l’Observatoire national du tourisme, la CNT propose de réaliser une plateforme de veille sur la compétitivité, la durabilité et les initiatives innovantes et responsables dans les pays concurrents et au Maroc. À cela s’ajoute la mise en place d’un dispositif de gouvernance de crise sous la forme d’une task-force Public-Privé incluant les professionnels du secteur et les différents partenaires institutionnels pour agir ensemble afin de voir nos professionnels retravailler au mieux et au plus vite.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page