Éco-Business

Tourisme : le Maroc revenu à 70% de sa performance de 2019

Depuis la relance des vols en février dernier, les chiffres montrent que le Maroc est revenu à 70% de sa performance de 2019. C’est ce qu’a fait savoir l’Office national marocain du tourisme lors de la convention de voyage ABTA 2022 qui s’est déroulée à Marrakech du 10 au 12 octobre. 

Après une bonne saison estivale, avec plus de 3,2 millions de touristes qui ont visité le Royaume durant les mois de juin et juillet, dont 2 millions en juillet, soit 100% des arrivées enregistrées au cours de la même période en 2019, le secteur poursuit sa convalescence avec des perspectives prometteuses. Cette affluence s’est traduite par l’enregistrement de 3,8 millions de nuitées sur la même période.

«Depuis la relance des vols en février dernier, les chiffres montrent que nous sommes revenus à 70% de notre performance de 2019», a déclaré, à Marrakech, Adel El Fakir, directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT), qui s’exprimait lors de la convention de voyage ABTA 2022, tenue à Marrakech du 10 au 12 octobre.

Selon lui, les accords signés avec des transporteurs, tels que Ryanair et easyJet, sont la garantie d’une forte augmentation de capacité. Poursuivant son propos, il a ensuite déclaré à l’occasion du «Travel Weekly» : «Pour nous, le marché britannique est une priorité. C’est notre deuxième marché en valeur avec 600.000 touristes britanniques accueillis en 2019, pour un total de 2,2 millions de nuitées». Et d’ajouter: «Mais c’est aussi un marché à forte valeur ajoutée sur le plan quantitatif, offrant les conditions d’un développement ambitieux dans les années à venir. Dans le même registre, il souligne qu’«actuellement, six compagnies – Ryanair, easyJet, British Airways, Royal Air Maroc, Tui Fly et Air Arabia – relient sept aéroports en Grande-Bretagne et en Irlande à cinq destinations marocaines : Marrakech, Agadir, Casablanca, Rabat, Tanger et Fès». Il faut noter qu’avant la pandémie, l’industrie affichait une croissance «régulière» de 5% par an, représentant directement 7% du PIB marocain et fournissant 500.000 emplois directs et deux fois plus d’emplois indirects. En 2019, le pays a enregistré 13 millions d’arrivées grâce à son accessibilité aux marchés européens, mais aussi grâce à la qualité et à la diversité de son offre. «Pour nous, la crise du Covid a été une opportunité», a-t-il poursuivi.

«Malgré les difficultés rencontrées par les opérateurs, et grâce à l’aide de l’État marocain, cela nous a donné le temps de réévaluer nos ambitions et de nous préparer à une relance en puissance», indique le DG de l’ONMT.

Cette relance incluait la dernière campagne de l’OMNT, «Maroc, Royaume de Lumière», qui vise à séduire une nouvelle génération de voyageurs en mettant en avant une nation «contemporaine, dynamique». Pour rappel, pour ce qui est du premier semestre de 2022, le nombre d’arrivées s’est établi à 3,4 millions de touristes, soit quatre fois plus qu’en 2021. À cela s’ajoutent les 2 millions de touristes recensés en juillet, pour atteindre un total de 5,4 millions d’arrivées sur les sept premiers mois de l’année.

Pour ce qui est des recettes en devises, le ministère du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire a annoncé avoir généré 27,3 milliards de DH (MMDH) durant le premier semestre 2022, soit 81% des recettes enregistrées sur la même période en 2019. Tenue à Marrakech du 10 au 12 octobre, la convention de voyage d’ABTA de cette année a repris à l’étranger et proposé un programme de sessions d’affaires de haut niveau animées par des leaders de l’industrie et des experts externes, une foule d’opportunités de réseautage dans des contextes commerciaux et sociaux, et la possibilité de découvrir la ville hôte diversifiée et culturellement riche grâce à des excursions d’une journée ou demi-journée.

K.M. / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page