Éco-Business

Sourcing local : les contours d’un deal inédit (Marjane / AMITH / FENAGRI)

Dans le cadre des objectifs nationaux en termes de substitution des importations ainsi que le développement du made in Morocco, un partenariat a été signé entre le ministère de l’Industrie et Marjane Holding, avec l’AMITH et la FENAGRI, pour le développement du sourcing de l’enseigne de grande distribution auprès des industriels locaux du textile et de l’agroalimentaire. Détails.

Développer le «made in Morroco», accentuer le sourcing local, et assurer une meilleure visibilité dans la cadre de la substitution des importations. Ce sont les principaux objectifs des conventions signées mercredi dernier, par le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, le PDG de Marjane Holding (MH), Ayoub Azami, le président de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), Mohamed Boubouh, et le président de la Fédération nationale de l’agroalimentaire (FENAGRI), Abdelmounim El Eulj.


«Le développement du sourcing auprès des fabricants locaux répond parfaitement à la vision royale de relancer les secteurs productifs et renforcer leur capacité à investir et à créer de l’emploi», a déclaré Moulay Hafid Elalamy.

Ce partenariat s’inscrit donc en ligne avec les priorités du Plan de relance industrielle. Ainsi, à travers ces conventions, Marjane Holding développera son sourcing auprès des industriels locaux du textile et de l’agroalimentaire. Ces deux secteurs à forte valeur ajoutée pour l’économie nationale, pourront désormais démontrer leur savoir-faire local et rayonner davantage sur le marché national.

À ce titre, le ministre explique que «la commande des donneurs d’ordre privés, particulièrement celle de la Grande et moyenne surface (GMS), peut jouer un rôle de catalyseur du développement du sourcing local, de diversification et de montée en gamme de l’offre des produits répondant aux critères de qualité et de prix exigés par le consommateur marocain», explique le ministre.

«Nous avons la chance au Maroc d’avoir des industries capables de belles performances. En travaillant en synergie avec nos industriels, nous démontrons la plupart du temps que nous savons, ensemble, faire de belles choses. Cette cérémonie de signature est le reflet de l’engagement total de Marjane Holding, en tant qu’acteur marocain ancré dans son écosystème national, à jouer son rôle de locomotive en collaborant au mieux au développement du tissu économique marocain, que ce soit au niveau de l’industrie du textile ou de l’agro-industrie. Cela fait partie de notre vocation et notre souhait, car cela fait partie de notre identité», renchérit Ayoub Azami.

Objectif : porter le sourcing local du textile à 75% en 2024
Dans le détail, la convention relative au sourcing local auprès des industriels du textile prévoit que Marjane Holding adaptera sa politique achat pour le développement et l’accompagnement des fabricants nationaux. L’opérateur mettra ainsi à leur disposition les moyens logistiques pour assurer une présence de leurs produits sur l’ensemble du parc des hypermarchés du groupe. Pour ce qui est de son offre permanente, Marjane procédera à la mise en place d’un plan annuel de développement du sourcing local auprès des textiliens marocains, incluant les spécifications techniques demandées et les quantités ciblées par produit. S’agissant de son offre saisonnière, Marjane s’engage à travailler étroitement avec les fabricants nationaux pour développer les collections (printemps-été et automne-hiver) répondant aux besoins du marché national.

D’ailleurs, le PDG de Marjane a annoncé ses objectifs pour ce secteur : «Pour le textile, nous voudrions porter de 25 à 75% notre sourcing Maroc d’ici 2024». Justement, pout concrétiser ces objectifs, un premier lot de 13 conventions de sourcing local a été signé. Il représente un montant de 173 MDH. De son côté, l’AMITH s’engage, dans le cadre de cette convention, à diffuser, auprès des fabricants nationaux, le plan annuel de développement du sourcing local de MH, avec les spécifications techniques demandées et les quantités ciblées par produit, ainsi qu’à identifier les opérateurs des différentes filières du secteur à même de répondre aux besoins de MH. L’association sectorielle devra également prospecter auprès des fabricants nationaux de nouveaux segments de produits textiles à proposer à MH afin d’enrichir son sourcing local et à assurer le suivi global de la mise en œuvre du partenariat entre les fabricants nationaux et MH.

80% de sourcing local agro-industriel pour 2024
Pour ce qui est du sourcing local du secteur de l’agro-alimentaire, Marjane Holding favorisera bien entendu le « Made in Morocco» et informera les fabricants locaux sur ses besoins (quantités, cahiers des charges, planning de livraison, etc.). «Nous ambitionnons d’atteindre 80% de notre chiffre d’affaire en 2024, car la part de marché du sourcing local des produits de marques distributeurs représentait déjà 65% en 2020», indique l’opérateur. Pour y parvenir, la FENAGRI a, de son côté, un important rôle à jouer dans le cadre de cette convention. Elle s’engage ainsi, à établir une liste des entreprises industrielles du secteur par produit pouvant répondre aux appels d’offres de MH, en concertation avec le ministère, à la mettre à jour et à la communiquer périodiquement aux deux partenaires.

Par ailleurs, la fédération mettra également en place un programme de communication et de sensibilisation auprès des entreprises du secteur pour les faire adhérer à l’objet de la présente convention et à inciter les entreprises à entreprendre les efforts nécessaires pour respecter le cahier des charges de MH en présentant une offre diversifiée et satisfaisante en termes de qualité et de prix. Cette opération sera réalisée dans le cadre d’un cahier de charges précisant les engagements de l’entreprise agroalimentaire concernée et Marjane Holding. Il est utile de noter que le ministère veillera à la mise en œuvre de ce plan de développement de sourcing de Marjane Holding auprès des industriels nationaux concernés. Son rôle serait d’offrir l’accompagnement nécessaire pour soutenir leurs investissements visant le renforcement et la modernisation de leur capacité de production. Il œuvrera aussi à faciliter le travail de prospection de MH et la mise en contact avec l’AMITH, la FENAGRI et les fabricants nationaux des secteurs du textile et de l’agroalimentaire.

Substitutions des importations, les objectifs revus à la hausse

Sur les 183 MMDH d’importations annuelles, le Maroc aspire à substituer près de 83 milliards par la production locale, au lieu des 34 MMDH annoncés auparavant. La révision à la hausse de cet objectif a été dictée, essentiellement, par les bons résultats affichés jusqu’ici par la Banque de projets, un des piliers de la stratégie de relance industrielle post-Covid-19. Pour rappel, la cible de substitution aux importations, 8 filières stratégiques concentrent 92% des 34 MMDH déjà identifiés : textile (10,6 MMDH), transports (5,1 MMDH), industries mécaniques et métallurgiques (5 MMDH), plasturgie (3,3 MMDH), électrique-électronique (2,1 MMDH), agroalimentaire (2 MMDH), parachimie (2 MMDH) et cuir (1,1 MMDH). A noter que dans le cadre de la banque des projets, initiative lancée par le ministère de l’Industrie, 100 projets d’investissement ont été mis en ligne, avec un objectif d’atteindre 500 d’ici le 4e trimestre 2021pour couvrir les 34 milliards de DH ciblés dans un premier temps. Cette initiative a pour objectif d’encourager l’entrepreneuriat industriel et le made in Morocco afin de satisfaire les besoins du marché local dans le cadre du plan de relance industrielle 2021-2023.

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page