Éco-Business

Silver économie: comment profiter de ce potentiel ?

Selon le Centre d’études et de recherches démographiques (CERED), le Maroc est en phase de vivre durant les prochaines décennies une transition démographique, marquée notamment par la baisse de la mortalité et les progrès de la longévité qui en découlent, combinés à la baisse de la fécondité de la population, la multiplication par 3 de l’effectif des 60 ans et plus, le quadruplement de son indice de vieillissement, complété d’une forte progression du rapport de dépendance des personnes âgées. Autant dire que l’activité économique nationale serait considérablement appuyée par la consommation de ladite catégorie d’âge, à condition que notre pays réussisse à explorer et à exploiter pertinemment les opportunités liées à la Silver économie.

Les Marocains vivent de plus en plus longtemps et font de moins en moins d’enfants ce qui annonce d’ici 30 ans un rétrécissement de la base de la pyramide des âges et son aplatissement au centre, ce qui va avoir des répercussions non négligeables sur son économie. Pour ne pas se laisser surprendre, des dispositions sont à prendre dès maintenant. «Le Maroc devrait développer une vision cohérente et à long terme cadrant la Silver économie», recommande la direction des études et des prévisions financières (DEPF).


La Silver économie, entendez par là l’ensemble des marchés, activités et enjeux économiques liés aux personnes âgées de 60 ans et plus, également appelés seniors, «atteindrait au Maroc plus de 640 MMDH à l’horizon 2050 (soit 13% du PIB) contre environ 53 MMDH en 2014, soit un potentiel de développement de près de 7% en moyenne par an jusqu’en 2050. De ce fait, la catégorie d’âge de 60 ans, et plus, serait à l’origine de près de 22% des dépenses de consommation totales en 2050 contre 13,4% en 2014», estime la DEPF, tenant compte des projections du Centre d’études et de recherches démographiques (CERED) relatives aux perspectives d’évolution de la démographie nationale.

Ces chiffres sont présentés dans la deuxième édition du «Condensé Prospectif» de la direction rattachée au ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, consacré à l’analyse du potentiel de ce business dans le royaume. Les Marocains n’étant bien évidemment pas exclus du processus de vieillissement de la population mondiale, comme en témoignent les perspectives du Centre d’études et de recherches démographiques (CERED), la Silver économie devrait être de plus en plus appréhendée comme un gisement de croissance et d’emplois supplémentaires.

Les projections du CERED font état d’une progression attendue de la part des personnes âgées de plus de 60 ans dans la population totale du royaume qui passerait de 9,4% en 2014 à 23,2% à l’horizon 2050, ou encore près de 192 personnes âgées pour 100 jeunes de moins de 15 ans. Loin d’être un fardeau, la Silver Économie devrait être de plus en plus appréhendée comme une filière d’avenir incontestée, aux multiples enjeux et opportunités économiques et sociétaux, une promesse d’un supplément de croissance et d’emplois, d’innovation, d’entrepreneuriat et d’inclusion.

En effet, elle englobe une multitude d’activités économiques liées à la production, à la consommation et au commerce de biens et de services intéressant les personnes âgées, ainsi que les effets directs et indirects de ces activités.

Dans le détail, cette économie des seniors apparue au début des années 2000 contribuerait à hauteur de 0,6 point de PIB supplémentaire par an, soit l’équivalent de 18 MMDH de valeur ajoutée de plus chaque année, estime la même source. Il est toutefois déploré un manque de gouvernance et une faible structuration de ce marché.

Pour changer la donne, la DEPF relève, que l’exploitation du potentiel offert par la Silver économie au Maroc requiert l’instauration d’un écosystème à même de garantir l’implication organisée et cohérente de toutes les parties prenantes de la cette économie. L’analyse des différentes études et expériences liées au développement de la Silver Économie à l’échelle internationale fait état de plusieurs principes stratégiques qui devraient guider l’action publique pour aboutir à un écosystème fonctionnel incluant une diversité d’acteurs et de secteurs au service des seniors.

Nécessité d’une vision cohérente et à long terme
Le Maroc devrait développer une vision cohérente et à long terme cadrant la Silver économie, fondée sur un modèle de prise en charge des personnes âgées axée sur un accompagnement multidimensionnel qui intègre également la dimension marchande, indique le condensé, notant que ladite vision devrait inclure une identification de l’ensemble des acteurs et parties prenantes publiques et privées, leurs périmètres et leurs apports ainsi que leur organisation, tout en étant accompagnée d’un cadre de gouvernance et de coordination adéquat. Selon la DEPF, la dimension régionale devrait être au centre de cette vision au regard des caractéristiques socio-économiques et des besoins des personnes âgées qui diffèrent d’une région à une autre.

Les niches à forte opportunités de croissance
Il est aussi question de bien identifier les besoins des personnes âgées pour leur assurer une meilleure offre de services, souligne l’étude qui précise qu’il n’existe pas qu’un seul marché de la Silver Économie mais plusieurs en raison de la très forte hétérogénéité des cibles, selon l’âge, l’accès à l’activité et le revenu… À cet égard, cette économie crée des opportunités de croissance intéressantes dans certains secteurs tels que la santé, l’habitat, les équipements et l’assistance à domicile, les produits à fort contenu technologique et moins dans d’autres. Les expériences internationales en la matière indiquent l’existence de plusieurs niches de la Silver Économie porteuses d’opportunités à l’échelle nationale à savoir les soins intégrés, la domotique, les nouvelles technologies portables, la santé connectée, ou encore le tourisme des seniors.

Aplatissement de la pyramide des âges
Selon le Centre d’études et de recherches démographiques (CERED), le Maroc est en phase de vivre durant les prochaines décennies une transition démographique, marquée notamment par la baisse de la mortalité et les progrès de la longévité qui en découlent. Une tendance qui devrait entraîner un vieillissement par le sommet de la pyramide des âges, avec une espérance de vie qui atteindrait 80,4 ans en 2050 contre 75,6 ans en 2014, soit un gain en espérance de vie d’environ 4,8 ans.

Comme en témoigne le recul de l’indice synthétique de fécondité, la baisse de la fécondité pourrait avoisiner 1,84 en 2040 contre 2,2 en 2014. La baisse de la fécondité conjuguée aux progrès enregistrés et attendus de la longévité seraient en mesure d’engendrer un rétrécissement de la base de la pyramide des âges et son aplatissement au centre. L’on devrait assister à la multiplication par 3 de l’effectif des 60 ans et plus. Ce segment de la population avoisinerait près de 10,1 millions de personnes en 2050 (soit 23,2% de la population totale) contre 3,2 millions de personnes en 2014.

Le rapport de dépendance des personnes âgées devrait fortement progresser, qui passerait de 15,1% en 2014 à près de 25% au milieu des années 2030 pour atteindre le seuil de 40% vers 2050. Le rapport de dépendance obtenu en rapportant la somme des pourcentages des personnes âgées de moins de 15 ans et de celles de plus de 60 ans à la population d’âge actif (15 à 59 ans), mesure la charge économique que doit supporter le segment potentiellement productif d’une population. A cela devrait s’ajouter le quadruplement de l’indice de vieillissement.

Ce rapport qui avoisine, en 2014, près de 33 personnes âgées de 60 ans et plus pour 100 jeunes de moins de 15 ans dépasserait 129 en 2050, soit un quadruplement en 36 ans seulement. La conjugaison de toutes ces évolutions aura pour effet d’aplatir la pyramide des âges à l’horizon 2050.

Profil sociodémographique des séniors en 2050
L’analyse du profil des personnes âgées et de son évolution dans le temps est extrêmement importante afin de cerner davantage les changements en perspective des comportements de consommation de cette catégorie et ainsi prévoir une offre qui leur soit ciblée par le biais de la Silver économie.

Ainsi, les principales caractéristiques en perspective des séniors au Maroc annonce une féminisation en hausse, une amélioration significative du niveau de l’accès à l’éducation. Autrement dit, les seniors à l’horizon 2050 seront plus instruits que les seniors d’aujourd’hui, avec toutes les implications que cela générerait sur la diversification de leur mode de consommation. Parallèlement à cela, l’étude table sur une augmentation des dépenses allouées à la santé, un accès renforcé en perspective à la retraite, synonyme d’un revenu futur stable.

En effet, suite à l’opérationnalisation dès 2021 du chantier de la généralisation de la protection sociale en réponse aux orientations royales et qui inclut l’élargissement de la base des adhérents au système de retraite, en y intégrant les catégories des professionnels, des travailleurs indépendants et des personnes non salariées exerçant une activité libérale, cette évolution est plausible.

Modeste Kouamé / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page