Éco-Business

Salon du livre : Les éditeurs d’Afrique centrale en force au SIEL

 

Pendant 10 jours, éditeurs, écrivains, distributeurs et imprimeurs de 11 pays d’Afrique centrale présenteront leur production littéraire aux exposants et visiteurs du SIEL, attendus nombreux.

L’Afrique est encore à l’honneur, pour cette 23e édition du Salon international du livre (SIEL) qui ouvre ses portes aujourd’hui, jeudi 9 février 2017, au parc d’expositions de l’Office des foires de Casablanca. Après les professionnels du livre de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) l’année dernière, c’est au tour de ceux de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) d’avoir tous les honneurs du ministère de la Culture et de l’OFEC, organisateurs de l’événement.

Pendant 10 jours, les éditeurs, écrivains, distributeurs et imprimeurs de 11 pays de cette région (Gabon, République démocratique du Congo, Cameroun, Burundi, République de Centrafrique, Guinée équatoriale, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Angola, République du Congo, Tchad), encadrés par leurs corporation et autorité de tutelle respectives, présenteront leur production littéraire aux exposants et visiteurs du SIEL, attendus nombreux comme à l’accoutumée. Cette année, le salon, qui est l’un des plus importants de la capitale économique, compte 702 exposants et attend près de 400.000 visiteurs en provenance de 54 pays, contre 668 exposants et 370.000 visiteurs de 44 pays lors de l’édition de l’année dernière. Côté exposition, les professionnels feront la promotion-vente de plus de 100.000 titres et 3 millions d’exemplaires d’ouvrages écrits majoritairement en langue arabe (68% en 2016) et touchant à plusieurs domaines, dont la littérature, les sciences sociales et humaines, l’éducation juvénile et l’histoire et géographie, auprès d’un large public de 7 à 77 ans encore très attaché au livre. Côté animation, un riche programme d’activités alternant conférences, rencontres avec des auteurs, séances de signatures et animations pour enfants a été élaboré par le ministère de la Culture, qui compte renouveler son expérience «Hub des droits» qui a eu beaucoup de succès lors de son lancement l’année dernière.

En effet, cette plateforme de rencontres B to B met en contact direct les éditeurs et les agents littéraires de plusieurs pays présents pour échanger des droits d’auteurs et de traduction. Ce faisant, cette initiative, qui en est à ses débuts, propulsera bientôt le SIEL parmi les salons du livre les plus courus par les professionnels.

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page