Éco-Business

Résultats trimestriels : le marché optimiste

Après un premier semestre dans le rouge, l’activité de certains secteurs a pu redémarrer durant le troisième trimestre permettant de résorber les effets de la crise sanitaire. Selon certains analystes de la place, ces réalisations se révèlent rassurantes, voire prometteuses.

La reprise progressive de l’activité économique, après une période de confinement strict de 90 jours, a eu un effet favorable sur les résultats trimestriels des sociétés cotées à la Bourse de Casablanca. Au terme du troisième trimestre, les réalisations opérationnelles et financières se révèlent rassurantes, voire prometteuses, laissent entendre des analystes de la place. L’optimisme est en effet de mise, après que les entreprises ont fait preuve d’adaptation en tentant de faire face à la crise sanitaire qui a arrêté un bon nombre de chantiers et réduit la capacité de production de certains acteurs du marché. «Les réalisations des sociétés cotées au troisième trimestre 2020 sont globalement rassurantes.


En effet, après un décrochage de l’activité de 10,5% au T2-20, les revenus de la cote affichent au T3-20 une nette décélération de leur baisse à 4,5%», souligne Attijari Global Research (AGR) dans leur dernière note intitulée «Un vent d’optimisme sur le marché actions». Même discours énoncé auprès de BMCE Capital Research qui explique que même si l’activité des sociétés cotées reste globalement affaiblie (4,8% à 170,3 MMDH) au terme des neuf premiers mois de l’année, le troisième trimestre semble prometteur avec une amélioration des revenus par rapport au deuxième trimestre (4,1% à 56,9 MMDH), grâce notamment au redressement de l’activité industrielle. L’effort d’investissement s’est nettement affaibli dans ce contexte de crise. L’enveloppe globale s’est établie à 8,1 MMDH sur les 9 premiers mois de l’année, en retrait de 13,4% en glissement annuel.

En parallèle, le niveau d’endettement des valeurs cotées, hors financières, s’est accentué de 2,2% à 65,6 MMDH, au terme du troisième trimestre 2020 par rapport à la même période de 2019. L’analyse d’AGR, quant à elle, a révélé deux grandes tendances. Le retour à la croissance du secteur des BTP au T3-20 dont le CA ayant progressé de 2,1% constitue une surprise positive pour le marché qui s’attendait à une reprise relativement lente pour ce secteur. Au niveau du secteur financier, les banques ont tiré profit notamment de la bonne dynamique des crédits, affichant ainsi un Produit net bancaire (PNB) global de près de 15,65 MMDH au T3-2020, en hausse de 1,6% par rapport à la même période une année auparavant.

Du côté des «Nouvelles technologies d’information» (NTI), le chiffre d’affaires global des 7 sociétés cotées a augmenté de 6,9% à 801 MDH. Idem pour l’industrie pharmaceutique, dont le revenu a affiché une croissance de 13,3% à 579,3 MDH. Grâce à ces réalisations, le chiffre d’affaires global de la cote a pu être limité face à la contre-performance d’autres secteurs d’activités, tels que la distribution ou encore les assurances qui ont été pénalisées par l’affaiblissement de la consommation des ménages. En somme, 8 secteurs cotés, représentant 38% de la capitalisation du marché, ont enregistré des baisses plus ou moins sensibles de leur activité à fin septembre. La participation et promotion immobilière reste l’un des secteurs durement touchés par la crise sanitaire, son trio (Addoha, Alliances et Résidences Dar Saada) ayant vu son revenu global chuter de 22,3% à 719 MDH. Une baisse qui reste moins importante que celle enregistrée au T2 (74,8% à 719 MDH en glissement annuel). Les cimentiers, leur revenu s’est établi à 2,66 MMDH, après 2,734 MMDH une année auparavant. Cette baisse provient essentiellement de la mauvaise tenue de LafargeHolcim Maroc (7,9% à 1,753 MMDH), atténuée toutefois par la hausse du chiffre d’affaires du Ciments du Maroc (9,3% à 908 MDH). Les quatre sociétés de financement (leasing/crédit à la consommation) cotées ont affiché, quant à elles, un chiffre d’affaires de 1,159 MMDH au cours de la période juillet-septembre, contre 1,19 MMDH une année auparavant, tandis que le revenu global des cinq acteurs d’assurance et courtage s’est chiffré à 3,83 MMDH, contre 4,35 MMDH au T3-2019. S’agissant du secteur de «l’agroalimentaire et boissons», son chiffre d’affaires global a baissé de 5,4% à 5,06 MMDH.

De son côté, le revenu du secteur des «télécommunications» a régressé de 3,1% à 9,17 MMDH, alors que celui du secteur des mines est resté quasi-stable (0,3% à 1,44 MMDH). La reprise de l’activité s’est également fait ressentir au niveau du marché où le MASI a retrouvé des couleurs depuis fin septembre 2020. L’indice phare de la place s’affiche en hausse de 10,4% à fin novembre et il réussit à réduire ses pertes annuelles à 9,7% contre 26,2% en plein choc boursier. «L’indice MASI avait subi de plein fouet le choc de la crise sanitaire de la Covid-19, touchant un plus bas de 8.988 points en mars 2020. Il s’agit de la correction la plus rapide de l’histoire du marché boursier marocain, soit -27% en l’espace de 24 séances seulement. À la date d’aujourd’hui, l’indice MASI a récupéré 89% de sa correction. Un effet de rattrapage significatif tant au niveau de l’indice MASI qu’au niveau des volumes à compter du mois de septembre, a été ainsi relevé», souligne AGR. 

Aida Lo / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page