Éco-Business

Périphérique de Tanger : 240 MDH pour la première phase

La Société d’aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger ville vient de lancer un appel d’offres international pour la réalisation de la première phase du périphérique. Détails de ce projet qui relève du vaste plan de reconversion du port de Tanger Ville.

La ville de Tanger continue sa métamorphose, et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Dernier acte en date, le lancement d’un appel d’offres international pour la réalisation d’un périphérique. Un projet qui entre dans le cadre du plan global de reconversion du port de Tanger. «Le projet du téléphérique est un projet respectueux de l’environnement et très novateur. Il permettra de se déplacer facilement entre la Médina, le port et la ville nouvelle», énonce Mohamed Ouanaya, PDG de la Société de gestion du port Tanger Ville et de la Société d’aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger ville (SAPT).

C’est ainsi que la Commune de Tanger, assistée et représentée par la SAPT, a lancé l’appel d’offres pour la gestion déléguée du service public de transport collectif urbain par téléphérique de la ville. L’ouverture des plis est prévue le 17 avril 2023.

240 MDH
Le projet téléphérique sera réalisé en deux phases, dont une obligatoire et l’autre soumise à conditions. La première porte sur la réalisation des deux premiers tronçons, dont le premier reliera la gare Borj Naâm (située près de la Kasbah) à la gare Ferry (située au niveau du port Tanger ville), tandis que le deuxième tronçon assurera la liaison entre la gare Ferry et la gare Plaisance (située près du port de Plaisance).
Cette première phase nécessitera une enveloppe budgétaire de 240 MDH. Quant à la seconde, relative à la réalisation du troisième tronçon entre la gare Plaisance et la gare Place Faro (Sour Al Maâgazine), elle sera réalisée postérieurement à la mise en exploitation du téléphérique sur les deux premiers tronçons.
Destination phare
Le projet du téléphérique s’inscrit également dans une démarche de développement durable (mobilité verte) et d’animation touristique de la ville de Tanger. Il vient compléter le dispositif global d’embellissement de la Corniche, visible sur la côte méditerranéenne de la ville du Detroit. «Le Projet de reconversion de la zone portuaire, initié sur hautes instructions de SM le Roi en 2010, a comme principal objectif de positionner la Ville du détroit comme une destination phare du tourisme de croisière et de plaisance à l’échelle internationale et sur le bassin méditerranéen. Il s’inscrit dans la vision royale pour le développement socioéconomique et touristique de la Région du Nord du Maroc», rappelle Ouanaya.
Chantier naval
Après la Marina ainsi que la modernisation des ports de passagers et de pêche, le cap est désormais mis, outre le périphérique, sur la construction d’un chantier de réparation navale. Ce qui, à en croire le président de la SAPT, participera «à améliorer l’attractivité des plaisanciers pour Tanger». Depuis la reconversion de cette plateforme maritime historique, le paysage a plus que changé dans la ville. «Il faut préciser également que la relation Port-Ville a été améliorée sur tous les plans : urbain, paysager, mobilité et sécurité. Je reste convaincu qu’à l’avenir et avec l’avancement de la composante immobilière, la zone portuaire de Tanger ville sera encore plus animée et plus attractive et, in fine, créatrice de nouvelles richesses pour la ville et ses habitants», indique Ouanaya.
Réhabilitation
Enfin, en dehors des environs de la corniche et du port, il y a lieu de préciser que la période de pandémie a été mise à profit pour entamer des travaux de restauration de plusieurs sites historiques à Tanger. C’est le cas, notamment, de l’ancienne Medina, qui s’étend sur une superficie totale de 26 ha et dont plusieurs monuments sont à l’origine de la grande popularité et la célébrité de la ville du détroit au niveau international. Ce chantier fait partie du vaste programme de réhabilitation et de valorisation des médinas des cinq villes du Nord (Chefchaouen, Ouezzane, Ksar El Kébir, Larache et Tanger).
Sur un investissement total de près de 1,86 MMDH, Tanger bénéficie de la plus grande enveloppe budgétaire avec quelque 850 MDH. En plus de la Médina, d’autres sites ont également fait peau neuve et connaissent désormais une nouvelle vie. C’est le cas de la Villa Harris, transformée en un haut lieu d’exposition des œuvres d’art, du Château Perdicaris, du Riad Sultan et ou encore du Mausolée Ibn Battouta.

Abdellah Benahmed / Les Inspirations Eco

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page