Éco-Business

Marhaba : une opération coûteuse, mais potentiellement rentable

La subvention du dispositif exceptionnel dédié à l’opération Marhaba coûtera 4,5 MMDH, a expliqué mardi Saad Dine El Otmani à l’occasion de la séance mensuelle des questions de politique générale au Parlement.

Pour accueillir les Marocains résidant à l’étranger (MRE), l’État a déployé «l’artillerie lourde». Ainsi, pour le retour de ces concitoyens dans de très bonnes conditions par la voie maritime, 8 navires ont été mobilisés au départ de trois ports européens, à savoir Gène (Italie), Sète et Marseille (France), a expliqué le chef de gouvernement, mardi 22 juin au parlement lors de la séance mensuelle dédiée à la politique générale. En plus de ce dispositif, un autre bateau, d’une capacité de 4.000 passagers et 1.000 voitures par semaine, a également été mobilisé, a ajouté El Otmani avant d’assurer que la capacité totale de l’ensemble des 9 équipements passera à environ 48.000 passagers et plus de 15.000 voitures par semaine.


En gros, ce dispositif permettra de couvrir les traversées programmées du 15 juin au 30 septembre 2021, avec une estimation de 650.000 passagers et 180.000 voitures. Et ce n’est pas tout, car il faut ajouter à cette mobilisation maritime, trois millions de sièges mis en place par Royal Air Maroc entre le 15 juin et le 30 septembre, contre 358.000 sièges durant la même période en 2020. Et grâce aux tarifs exceptionnels qui concernent tous les passagers (hors business class), au 21 juin 2021, environ 45% de ces sièges ont été réservés, soit 1.080.000 billets déjà vendus.

À ce jour, plus de 180.000 Marocains résidant à l’étranger ont regagné la patrie, par voie aérienne, a indiqué le Chef de gouvernement à la Chambre des conseillers. Le flux des MRE devrait connaître une hausse dans les jours qui viennent, suite à l’ouverture de 42 lignes aériennes reliant le royaume à 43 pays, a précisé le chef de l’Exécutif. Il ajoute que 80% des nouveaux arrivants sont rentrés au Maroc en l’espace d’une semaine. Bref, tout se passe pour le mieux dans le cadre de l’opération Marhaba qui, cependant, coûtera une enveloppe de 4,5 milliards de DH à l’État. Dans le détail, la subvention de la baisse des prix de l’aérien coûtera 2,5 milliards de DH à l’État. Le reste de l’enveloppe sera consacré au dispositif d’accueil et d’accompagnement des MRE qui préfèrent les routes maritimes. Une facture certes salée, mais qui répond à un besoin réel, selon l’économiste Khalid Ben Ali.

«La plupart des MRE n’ont pas pu voir leurs familles pendant deux ans. Il fallait donc mettre les moyens nécessaires pour leur permettre de regagner la partie dans de meilleures conditions», souligne le spécialiste qui voit dans cet effort de l’État un geste royal humaniste qui tombe à point nommé.

Durement frappés par la crise liée à la Covid-19, les cinq millions de Marocains vivant à l’étranger, soit environ 12% de la population marocaine dont plus de 85% se trouvent en Europe, avaient fortement besoin de ce coup de main. «Si rien n’avait été fait, ils auraient eu certainement le sentiment d’être abandonnés par leur pays», ajoute l’économiste, qui rappelle que les envois des MRE, malgré la crise, ont toujours été au rendez-vous et continueront de l’être selon les projections financières officielles.

En effet, lors de son dernier conseil, Bank Al-Maghrib (BAM) a estimé que les transferts d’argent des Marocains résidant à l’étranger resteraient soutenus avec un taux de 7,6% à 73,3 milliards en 2021 et de 2,8% à 75,4 milliards en 2022. Insistant sur la pertinence du dispositif de l’opération Marhaba et des fonds prévus à cet effet, Khalid Ben Ali est convaincu qu’en plus d’être une bouffée d’air frais pour les personnes cibles, cette initiative royale qui s’inscrit dans le même sillage que la généralisation de l’assurance maladie obligatoire, la gratuité des vaccins et la création du Fonds spécial pour la gestion de la Covid-19, aura des impacts positifs et des retombées importantes sur la relance économique notamment pour le secteur touristique.

Si les opérateurs touristiques jouent le jeu, en appliquant les tarifs exceptionnels promis à la clientèle, le retour des MRE pourrait faire beaucoup de bien aux hôteliers, explique-t-il. Notre interlocuteur souligne que cette affluence massive pourrait même déclencher une reprise effective pour le secteur de la location de voiture. «Beaucoup de MRE passeront l’été au Maroc sans leur voiture», souligne-t-il. 

Khadim Mbaye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page