Éco-Business

Marché des taux : la détente se confirme

L’inversion de la tendance à la hausse des taux s’est confirmée au cours du troisième trimestre de 2023. Ceci est attribuable à un contexte économique peu favorable cette année, à la maîtrise des finances publiques, à une offre plus marquée de bons du Trésor au cours de ce dernier trimestre, ainsi qu’aux premiers signes du retour des investisseurs vers le segment à long terme.

L’année 2023 a été marquée par des développements significatifs sur le marché financier, avec la décision de Bank Al-Maghrib de maintenir son taux directeur à 3%, et ce, après trois hausses successives de 50 points de base chacune depuis septembre 2022. Cette décision a eu un impact immédiat sur les taux obligataires, entraînant une accalmie au cours du troisième trimestre de l’année.

Selon le Research Report sur le marché des taux d’Attijari Global Research, «ce revirement de politique monétaire semble aligné sur la volonté de soutenir la croissance dans le contexte du plan d’aide d’urgence et de réhabilitation des régions touchées par le séisme d’Al Haouz en septembre dernier de 120 MMDH durant la période 2023-2028».

Au cours du même trimestre, il a été observé une détente continue des exigences de rentabilité des investisseurs, initiée depuis mai dernier. Cette détente s’explique par le reflux des tensions inflationnistes au Maroc et par la constitution d’un matelas financier confortable grâce à une sortie internationale du Trésor de 2,5 milliards de dollars en mars dernier.

Cependant, malgré ces développements, la levée de fonds demeure insuffisante pour neutraliser l’orientation haussière des taux obligataires depuis le début de l’année 2023. Les rendements obligataires ont connu un choc haussier notable au cours du premier trimestre de 2023, en raison des opérations de rachats des Bons du Trésor par BAM sur le marché secondaire. Cela a entraîné le rétablissement de la pentification de la courbe obligataire après son inversement à la fin de l’année 2022.

Les facteurs de la baisse
Les analystes d’Attijari Global Research estiment que l’évolution des taux d’ici la fin de l’année dépendra de trois facteurs majeurs, à savoir l’orientation de la politique monétaire de BAM, l’évolution de l’inflation de 2023-2024, et la stratégie des financements extérieurs du Trésor.

Selon leurs prévisions, le taux directeur devrait rester stable à 3% en 2023, n’induisant pas de tensions supplémentaires sur les taux obligataires. Les anticipations inflationnistes, influant sur les exigences de rentabilité des investisseurs, devraient diminuer, avec BAM prévoyant un retour de l’inflation à 2,6% en 2024 après un pic de 6% en 2023.

La stratégie des financements extérieurs du Trésor a également été un facteur clé, avec un taux de réalisation des financements extérieurs à 65% à fin septembre 2023, contre une moyenne annuelle de 60% au cours des deux années précédentes. Les tirages extérieurs s’établissent à 39,3 MMDH contre une estimation du PLF 2023 de 60 MMDH.

C’est ainsi que les analystes d’AGR prévoient «une poursuite de la consolidation des rendements obligataires primaires et secondaires autour des niveaux actuels» et s’attendent à la poursuite du retour de la demande des investisseurs vers le compartiment obligataire MLT.

Les pressions s’allègent sur le marché domestique
Après avoir atteint des niveaux record au cours du premier semestre de 2023, en raison de l’ajustement à la hausse des taux obligataires à long terme, la demande en Bons du Trésor de la part des investisseurs a retrouvé des niveaux plus modérés, passant d’une moyenne mensuelle de 55 MMDH au premier semestre de 2023 à 24,2 milliards au troisième trimestre de la même année.

«Le taux de satisfaction moyen a augmenté, atteignant 45% au troisième trimestre de 2023, comparé à 35% au premier trimestre de 2023», détaille-t-on dans le rapport.

En parallèle, l’orientation du Trésor vers les tirages extérieurs a permis de constituer un matelas de financement confortable pour répondre à ses besoins. Cette nouvelle configuration s’est traduite par un apaisement des pressions à la hausse sur les exigences de rentabilité des investisseurs ainsi que sur le taux de réalisation des besoins du Trésor annoncés pendant la même période. Ce dernier s’est stabilisé autour de 90% au troisième trimestre de 2023, après avoir atteint des niveaux record de 205% et 159% respectivement en avril et en mai 2023.

Les taux se détendent
La tendance globale de l’évolution des taux obligataires a été à la hausse au cours des neuf premiers mois de l’année. Cette tendance a été initiée par le choc obligataire sur la courbe des taux en janvier 2023, résultant des opérations de rachat de Bank Al- Maghrib sur le marché secondaire.

Ces opérations ont contribué à rétablir la pente de la courbe après une augmentation générale des taux à court terme en 2022. Des variations significatives ont été observées dans le segment à long terme, allant de 99 points de base pour la maturité de 10 ans à plus de 200 points de base pour les maturités de 20 et 30 ans à la fin de septembre 2023.

Cependant, l’analyse du comportement de la courbe des taux depuis fin avril 2023 révèle une détente notable des taux de rendement primaires et secondaires, avec une baisse allant de 9 points de base à 49 points de base.Cette diminution est principalement attribuée au recul des pressions inflationnistes au Maroc et à la décision de Bank Al-Maghrib de maintenir son taux directeur stable à 3% lors de ses réunions de politique monétaire en juin et septembre 2023.

Dans ce contexte, le taux à 5 ans a franchi à la baisse le seuil des 4%, après avoir dépassé les 4,25% en mai dernier, atteignant ainsi leurs niveaux les plus bas depuis janvier 2023. 

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les actualités économiques récentes sur votre WhatsApp

FLO Retail & Shoes : ouverture d’une succursale au Morocco Mall



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page