Éco-Business

Made in Morocco. L’automobile, locomotive de sourcing et d’exportation

Outre les Dacia, Renault, Peugeot et Citroën produites localement dans trois vraies usines automobiles, le «Made in Morocco» rayonne aussi à travers le sourcing local de la part d’autres constructeurs. Comme pour les véhicules eux-mêmes, les composants fabriqués au Maroc participent tant à la richesse nationale, qu’à forger l’image du royaume comme un sous-traitant de choix dans l’industrie automobile mondiale.

Elle est bien loin l’époque où le Maroc faisait du montage en CKD (véhicules complètement démontés), dans la vieille Somaca. Fondée en 1966, l’usine automobile historique du royaume a traversé le temps et les générations jusqu’à l’aube des années 2000, avant d’être modernisée. En entrant dans le troisième millénaire, notre industrie automobile allait s’affranchir définitivement de son étiquette de secteur balbutiant pour devenir un pilier de l’économie nationale. Merci aux deux grandes feuilles de route ayant permis l’éclosion de cette industrie à savoir, le «Pacte émergence» et surtout le «Plan d’accélération industrielle». Merci surtout aux groupes Renault et PSA qui ont littéralement tiré toute cette filière vers le haut à travers leurs écosystèmes respectifs qui convergent par endroits et contribuent de façon effective à booster le sourcing (lire encadré).


Renault, poids-lourd du secteur
Implanté au Maroc depuis 1928, le groupe Renault a longtemps été un acteur du commerce automobile avant de le devenir aussi sur le plan industriel. Sa montée en puissance a été jalonnée par plusieurs étapes. À commencer par la signature en 2003 d’un accord avec l’État, permettant à Renault de devenir l’actionnaire principal de la Somaca. Autre tournant dans l’aventure industrielle marocaine du losange, l’inauguration de l’usine de Tanger en 2012 va donner une nouvelle impulsion à l’automobile «Made in Morocco». Si bien qu’aujourd’hui, le groupe Renault dispose d’une capacité industrielle installée de 440.000 véhicules par an, dont 340.000 unités pour le site tangérois et 100.000 autres pour l’usine casablancaise. Une force de frappe industrielle qui a entraîné avec elle la création de tout un écosystème d’équipementiers de rang 1, incluant aussi des sous-traitants nationaux. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, puisque le nombre des fournisseurs, travaillant pour le compte de Renault, est passé de 26 en 2016 à 76 en 2019. Mieux encore, le management local du groupe compte tripler ce chiffre à l’horizon 2023 ! Au passage, la filiale commerciale du losange tire aussi profit de cette percée industrielle, puisque plus de quatre véhicules sur dix vendus au Maroc sont commercialisés par le groupe à travers ses deux marques, Renault et Dacia. Cette réussite commerciale, ainsi que les 74 pays d’export pour les Dacia et Renault produites dans le royaume prouvent incontestablement la viabilité et la qualité de l’automobile «Made in Morocco».

PSA, une capacité d’emblée doublée
Une réussite qui ne pouvait laisser de marbre un autre grand constructeur comme le groupe PSA. Après un accord signé en 2015 et prévoyant la construction d’une usine à Kenitra, le groupe PSA a finalisé son projet et mis en service les lignes de production de ce site en juin 2019. Dix mois auparavant, le groupe dirigé par Carlos Tavares avait anticipé la montée en puissance industrielle de ce site, en annonçant son doublement capacitaire à 200.000 unités par an dès la mi-2020. Un chiffre qui, malgré la conjoncture de crise liée à la pandémie, est toujours d’actualité. Alimentant les usines mondiales du groupe PSA, son écosystème marocain compte 66 fournisseurs et fait que la Peugeot 208 produite à Kénitra affiche un taux d’intégration locale record de plus de 60% qui est appelé à atteindre les 80% à terme. Outre la 208 et l’un de ses moteurs (le 1.2 l essence), l’usine en expansion de Kénitra produit aussi la Citroën AMI. Il est intéressant de souligner que cette micro-citadine 100% électrique est le fruit d’un travail fourni en grande partie par des équipes marocaines, puisqu’elle a été dessinée et développée au MTC (Morocco Technical Center), centre de R&D installé par PSA Maroc à Casablanca Nearshore. C’est d’ailleurs l’une des nombreuses promesses tenues par le groupe qui s’était engagé sur la création d’environ 4.000 emplois directs, dont 1.500 dans la filière R&D avec des équipes capables de développer un véhicule complet. Enfin et sachant que la majorité des 208 et AMI produites localement par PSA est exportée vers l’export c’est, là encore, la qualité du «Made in Morocco» qui est prouvée au monde entier.

Jalil Bennani / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page