Éco-Business

Loi de Finances 2023 : le projet à l’étude pas suffisamment percutant, estime le CMC 

En dépit des multiples efforts de l’Exécutif pour limiter la casse de la crise, «la politique budgétaire reflétée par la loi de Finances 2023 n’est pas aussi agressive qu’on l’aurait souhaité pour pouvoir porter l’activité économique sur une véritable trajectoire de relance». C’est le diagnostic dressé par le Centre marocain de conjoncture (CMC) dans sa dernière livraison portant sur la lecture du PLF 2023.

D’après les analystes du CMC, ce projet de budget s’inscrit dans le «tracé traditionnel des règles de prudence budgétaire». Le déficit budgétaire rapporté au PIB ne dépassera guère, selon les hypothèses les plus pessimistes, les 4,5%, «alors que laisser filer le déficit serait bénéfique à la reprise après les sérieux dégâts causés par la crise au tissu économique national», estime la même source.

Ceci étant, et devant l’ampleur des incertitudes pesant sur la conjoncture, le CMC estime que «l’économie nationale a besoin, à ce carrefour précis de 2023, de contrechocs puissants pour l’extraire de l’impasse récessive dans laquelle elle se trouve». La version finale du projet de loi de Finances doit ainsi, selon les économistes du CMC, «être plus percutante et émettre des signaux forts à destination des opérateurs pour convaincre et décliner l’intention déclarée de l’Exécutif concernant son engagement dans la relance économique».

Dossiers d’investissement : réduction de 45% de la paperasse à partir de 2023



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page