Éco-Business

Le déficit budgétaire se creuse

Près de 5 MMDH de plus que son niveau à fin juin 2017 à cause d’un solde négatif des CST et des Segma. La dette intérieure s’est élevée selon le bulletin de la TGR à 536,4 MMDH en hausse de 3,2% par rapport à son niveau à fin décembre 2017.


À fin juin, le déficit budgétaire a atteint 16,5 MMDH contre 11,7 MMDH un an auparavant. C’est ce qui ressort du dernier bulletin de la Trésorerie générale du royaume. Un creusement qu’il faut prendre avec recul. Il s’explique par un solde négatif de 15,5 MMDH dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’État gérés de manière autonome (SEGMA) alors que le solde de ces deux rubriques était positif de 10 MMDH à la même période en 2017. Les recettes ordinaires ont connu une hausse considérable due à un versement exceptionnel du compte des dons des pays du CCG (Conseil de coopération du Golfe) de l’ordre de 24 MMDH. Ces recettes se sont donc établies au titre des 6 premiers mois de l’année à 140,6 MMDH contre 116,7 MMDH un an auparavant. Les recettes fiscales ont atteint 108,7 MMDH contre 107,6 MMDH à fin juin 2017 en augmentation de 1% ou +1,1 MMDH. Cette évolution résulte de la hausse des recettes douanières de 7,4% et de la baisse de la fiscalité domestique de 2,2%. Les recettes émanant de la TVA à l’importation ont totalisé 19,3 MMDH contre 17,8 MMDH à fin juin 2017, soit un accroissement de 8,1%. Quant à la TVA sur les produits énergétiques, elle a enregistré une hausse de 11,7% ou +342 MDH et celle sur les autres produits une augmentation de 7,4% ou +1.098 MDH. L’impôt sur les sociétés (IS) a cumulé 26,1 MMDH à fin juin 2018 contre 29,2 MMDH un an auparavant, en diminution de 10,6%. La TGR explique cette baisse par le bon comportement durant l’année 2016 des résultats du secteur financier, des sociétés pétrolières, de l’Agence nationale de la conservation foncière, des cimenteries, des sucriers et des sociétés de télécommunications.

Pour ce qui est de l’IR, les recettes ont augmenté de 5,1%, passant de 20,6 à 21,6 MMDH. Concernant les dépenses, elles ont totalisé 158,1 MMDH à fin juin 2018, en baisse de 2,9% par rapport à leur niveau à fin juin 2017, en raison du recul de 19,4% des charges de la dette budgétisée, conjuguée à l’augmentation de 1,4% des dépenses de fonctionnement et de 6% des dépenses d’investissement. La diminution des charges de la dette budgétisée s’explique, quant à elle, par le recul de 32,1% des remboursements du principal (16,5 MMDH contre 24,3 MMDH) et de la hausse de 0,3% des intérêts de la dette (15,8 MMDH contre 15,7 MMDH). Les engagements de dépenses, y compris celles non soumises au visa préalable d’engagement, se sont élevés à 275,8 MMDH à fin juin, représentant un taux global d’engagement de 54% contre 52% à fin juin 2017, fait ressortir le bulletin, notant que le taux d’émission sur engagements a été de 80% contre 78% un an auparavant. Fait marquant, le montant des ordres de paiement en cours de visa et de règlement a été de 605 MDH à fin juin 2018 contre 7,2 MMDH à fin décembre 2017, soit une diminution de 6,6 MMDH. En d’autres termes, il faut accélérer la cadence d’ici la fin de l’année pour se rattraper. L’on remarque aussi un taux moyen de réalisation des prévisions.

À fin juin 2018, les recettes ordinaires ont été réalisées à hauteur de 60,1% des prévisions, les dépenses ordinaires ont été exécutées pour 49,5% et les dépenses d’investissement ont été émises pour 45,8% ce qui reste en deçà des attentes. La dette intérieure s’est élevée selon le bulletin de la TGR à 536,4 MMDH, en hausse de 3,2% par rapport à son niveau à fin décembre 2017. Ceci s’explique par le recours du Trésor au marché des adjudications pour un montant net de 16,4 MMDH, résultant de souscriptions pour 53 MMDH et de remboursements pour 36,6 MMDH contre un recours pour un montant net de 19,1 MMDH un an auparavant résultant de souscriptions pour 62,9 MMDH et de remboursements pour 43,8 MMDH. Dans le cadre de la gestion active de la dette intérieure, le Trésor a procédé à des opérations d’échange de bons en vue de réajuster son profil. Ces opérations, est-il expliqué, ont porté sur un montant de 10,1 MMDH.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page