Éco-Business

L’heure est au bilan

Le Réseau de développement touristique rural (RDTR), qui a tenu son Assemblée générale ordinaire, a fait le point sur les actions menées durant l’exercice 2016-2017.


Plus d’une année après l’élection d’une nouvelle équipe dirigeante à la tête du Réseau de développement touristique rural (RDTR), l’heure est au bilan d’étape. Le collectif de PME touristiques rurales créé en 2011 vient tout juste de tenir son Assemblée générale ordinaire, à Agadir, en présence des adhérents du réseau. «Au titre de l’exercice 2016-2017, la priorité a été donnée au positionnement de notre collectif de PME touristiques rurales, en tant qu’interlocuteur privilégié auprès des parties prenantes, mais plus d’importance a été donné à l’amont de notre activité, en l’occurrence les chantiers de la formation et de la qualification de l’offre», tient à préciser Sabri Abdelhakim, président du RDTR depuis avril 2016. À cet égard, une deuxième campagne de labellisation «Label Qualité et Environnement» a été lancée en 2017 pour les structures d’hébergement adhérentes au RDTR. Au total, les structures labellisées cette année sont au nombre de 34.

S’agissant de la formation, 15 voies d’escalade ont été équipées à Tafraout au profit des jeunes dans le cadre de la promotion des sports en pleine nature au niveau de la région, en partenariat avec le département de l’Hérault et le Centre de ressources, d’expertise et de performance sportive (CREPS) de Montpellier, ainsi que des randonnées pédestres, en V.T.T et des parcours d’escalade avec des itinéraires balisés. Le travail accompli jusqu’à présent a aussi permis de lancer une feuille de route dédiée à la communication digitale, axée essentiellement sur la refonte du site web du réseau, mais aussi sur la mise en place d’un système de réservation en ligne et la couverture des structures d’hébergement rurales par une connexion Internet par satellite. Une quinzaine de structures rurales, qui n’avaient pas accès à Internet, sont aujourd’hui connectées afin de permettre aux professionnels d’utiliser Internet pour développer leurs activités. Il s’agit entre autres de la résolution des contraintes liées aux réservations, de la gestion des e-mails, de l’amélioration de la visibilité à travers les différents canaux de promotion et de la présence sur les systèmes de réservation afin d’assurer une interactivité avec les clients potentiels. D’autres chantiers ont été poursuivis durant ce mandat. Il s’agit essentiellement du chantier du développement durable à travers la réalisation d’un guide sur les bonnes pratiques, mais aussi de la réduction des émissions de CO² et des rejets polluants à travers l’introduction des énergies renouvelables.

Dans ce sens, le RDTR accompagne les structures d’hébergement rural grâce à l’appui de l’organisation mondiale PNUD dans le cadre du projet d’économie circulaire. Ce qui se traduit par la réduction des émissions de CO², la stabilisation des concentrations de gaz à effet et à la réduction de la consommation du bois de la forêt. Pour les trois années à venir, la priorité sera donnée à la consolidation de la qualité et la promotion du développement durable, ainsi qu’au développement des produits touristiques, à l’accompagnement et à la formation. Une formation dédiée aux jeunes non diplômés dans le milieu rural sera, d’ailleurs, assurée dans le cadre de la convention signée entre le Conseil régional, l’ANAPEC et le ministère de l’Emploi.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page