Éco-Business

Investissements : Bank of Africa signe avec Exim Bank Of India

Le mémorandum, signé entre les deux groupes bancaires, a pour objectif d’accompagner les entreprises marocaines et indiennes dans leurs investissements notamment dans des secteurs innovants.

La signature du mémorandum entre le groupe BMCE Bank of Africa (BOA) et Export-Import Bank of India (Exim Bank), s’est faite lors d’un forum d’affaires virtuel, qui a rassemblé récemment les principales parties prenantes marocaines et indiennes, dans le but de mettre en exergue le potentiel de croissance et des investissements dont disposent les deux pays. «Le mémorandum d’entente, conclu entre BMCE Bank of Africa et Exim Bank of India, contribuera à créer davantage d’opportunités commerciales et d’investissements au niveau des deux pays, ce qui aura à coup sûr un impact positif sur les échanges bilatéraux», a assuré Mohamed Maliki, ambassadeur du Maroc en Inde.


De fait, le commerce bilatéral entre l’Inde et le Maroc est passé de 973,2 millions de dollars en 2009 à 2,1 milliards de dollars en 2019, grâce à une augmentation significative des investissements dans les secteurs de l’énergie solaire, les NTIC, l’automobile, la fertilisation des terres agricoles, le textile l’industrie pharmaceutique et l’agroalimentaire. Toutefois, le diplomate marocain a noté que les échanges commerciaux entre les deux pays «n’ont pas pleinement profité de l’excellence des relations politiques liant les deux pays ni du potentiel et du volume du commerce bilatéral de chacun des deux pays avec le reste du monde». Pour lui, le Maroc et l’Inde sont conscients de la nécessité et de l’importance de négocier et de conclure un Accord commercial préférentiel (ACP) à travers lequel une certaine complémentarité peut être atteinte entre les deux marchés. En tout cas, la signature du mémorandum entre les deux banques vient donc renforcer les relations économiques entre les deux pays.

Pour le directeur général délégué de BMCE Bank, Mohamed Agoumi, ce partenariat, «vise à renforcer la coopération bilatérale, à appuyer financièrement les entreprises marocaines et indiennes et à combiner les efforts des deux parties dans le but ultime de promouvoir le développement en Afrique et en Asie». Exim Bank of India, détenue à 100% par l’État indien, s’assigne pour objectifs de financer, faciliter et promouvoir le commerce international et agit en tant qu’agence nodale par laquelle le gouvernement indien accorde des lignes de crédit aux pays en développement. Sa directrice générale adjointe, Harsha Bangari, a fait savoir que l’institution indienne «a financé plus de 60 entreprises indiennes dans la région MENA, à hauteur de 9 milliards de dollars et aspire à promouvoir davantage d’investissements au Maroc au regard des multiples potentialités dont il dispose». Justement, plusieurs secteurs sont visés par ce partenariat entre les deux banques. «Il est temps de mettre les bouchées doubles et multiplier les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Inde. Les secteurs d’activité des deux pays sont aussi multiples que variés, allant du textile et de l’industrie pharmaceutique à l’industrie automobile et le transport. Le Maroc jouit de plusieurs atouts, dont la stabilité politique, une infrastructure de qualité et une main-d’œuvre hautement qualifiée qui offrent d’énormes potentialités d’investissements aux hommes d’affaires indiens», estime GK Pant, chargé d’affaires de l’ambassade d’Inde à Rabat. Par ailleurs, le webinaire a été marqué par les interventions du directeur général par intérim de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), Hicham Boudraa, qui a présenté un aperçu des grands chantiers de développement lancés au royaume et des conditions propices, attrayantes et favorables offertes aux investisseurs.

De son côté Jaafar Mrhardy, le directeur général de Tanger Med Zones a présenté le potentiel national en termes d’innovation et d’investissement, il a cité, à titre l’exemple, l’ambitieux projet de la Cité Mohammed VI Tanger Tech qui se veut un modèle de projets de coopération et de Partenariat public-privé (PPP), national et international.

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page