Éco-Business

Hausse de 4,5% de la croissance économique

 

Les dépenses de consommation finale des ménages se sont accrues de 2,4% / D.R.


La croissance économique a marqué une hausse de 4,5% en 2015 contre 2,6% en 2014, indique le Haut-commissariat au plan. Cette hausse s’explique par une augmentation de la demande extérieure, contre une demande intérieure en net ralentissement.

Ainsi, l’exportation des biens et services a évolué de 6% en volume en 2015 contre 8,4% en 2014, tandis que les importations ont reculé de 3,1% au lieu de 3,3% en 2014.

Selon le HCP, les échanges extérieurs nets ont contribué à la croissance économique par 3,5 points contre 1,2 point en 2014.

Pour ce qui est de la demande intérieure, elle a connu une faible hausse de 0,9% en 2015, soit une baisse par rapport à l’année précédente (1,2%), et une contribution d’un point à la croissance du PIB, contre 1,3 point l’année précédente.

Dans ce cadre, les dépenses de consommation finale des ménages se sont accrues de 2,4% contre 3,5% en 2014, contribuant ainsi pour 1,1 point à la croissance.

Pour les administrations publiques, la consommation finale a enregistré un taux de croissance identique à celui de 2014, soit 1,9%, contribuant ainsi pour 0,4 point à la croissance.

La valeur ajoutée de l’activité agricole a connu une augmentation de 12,8% en volume, chose qui vient contrer la baisse de 2,2% en 2014.

Concernant les activités non agricoles, le rythme d’accroissement est de 1,9% contre 2,5% en 2014. Il est qualifié de «modéré» dans la note d’information relative aux comptes nationaux de l’année 2015 publié par l’HCP.

Le taux de croissance du PIB a été de 4,5% en 2015 contre 2,6% en 2014, compte tenu de l’augmentation des impôts nets des subventions sur les produits de 15,8%.

La note précise également que le PIB aux prix courants a progressé de 6,3%, dégageant ainsi une hausse du niveau général des prix de 1,7% en 2015 contre 0,3% en 2014.

Le HCP a souligné que l’épargne nationale brute est passée de 26,4% du PIB en 2014 à 28,3% en 2015, notant que l’investissement brut (FBCF et variation de stocks) a représenté 30,2% du PIB en 2015 au lieu de 32,2% en 2014. Il a été financé à 93,6% par l’épargne nationale brute, contre 82,1% en 2014.

 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page