Éco-Business

Fès-Meknès : 1 MMDH pour booster l’industrie

Le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, a signé, lundi dernier à Fès, quatre conventions de partenariat de 1 MMDH pour booster la compétitivité économique de la région Fès-Meknès.

La Région Fès-Meknès confirme sa vocation industrielle et signe quatre conventions de partenariat d’une valeur globale de 1 MMDH pour booster sa compétitivité économique. La contribution de la Région Fès-Meknès à ces projets est estimée à 240 MDH. Trois de ces conventions concernent le contrat-programme État-Région 2021-2022 pour la réalisation des projets industriels du Plan de développement régional (PDR). I


ls prévoient la mise œuvre de plusieurs projets, dont la création d’une zone d’accélération industrielle (ZAI) à Aïn Cheggag, l’aménagement, la promotion, la commercialisation et la gestion du parc industriel de Fès-Saiss, le projet de création du Technopark de Fès et la construction d’un parc d’expositions, en plus de l’aménagement de la zone industrielle d’Aïn Cheggag. Quant à la quatrième convention, elle vise la création d’un nouveau fonds d’appui à l’investissement dénommé «Fonds régional de soutien aux investissements industriels dans la région de Fès-Meknès».

Lors de la cérémonie de signature, le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, a précisé que «la région de Fès-Meknès confirme de plus en plus sa vocation industrielle, où le tissu productif a permis de créer plus de 20 MMDH de chiffres d’affaires, plus de 3,6 milliards de valeur ajoutée et 3,3 milliards d’exportations générées en 2018».

Dans les détails, la première convention, qui porte sur la mise en œuvre de la ZAI d’Aïn Cheggag dans la province de Sefrou, tend à renforcer l’attractivité économique de la région à travers la mise en place d’infrastructures dédiées à l’industrie et le renforcement des projets industriels dans les secteurs de l’agroalimentaire, du textile, de l’automobile, des chemins de fer et du secteur électrique et électronique.

Ce projet, qui s’étale sur une superficie de 379 hectares, sera financé par le Conseil régional et le ministère, à hauteur de 100 MDH chacun, outre la contribution des futurs bénéficiaires. Quant à la deuxième convention, elle porte sur la création d’un Technopark, à travers l’accélération du développement économique et social de la région, la création d’un incubateur régional pour les projets innovants et l’encouragement de la création de startups. Étalé sur une superficie de 7.159 m², ce projet d’un coût global de 55 MDH sera financé par le Conseil régional à hauteur de 30 MDH, par le Conseil de la commune de Fès à hauteur de 20 MDH et par la société Maroc Information Technopark Company (MITC) à hauteur de 5 MDH.

La troisième convention concerne l’aménagement, la promotion, la commercialisation et la gestion du parc industriel de Fès-Saïss, destiné à accueillir les activités des PME/PMI industrielles non polluantes et créatrices de valeur ajoutée et d’emplois.

D’un coût de plus de 113 MDH, ce projet comprendra environ 130 lots à la location sur une assiette foncière de 20 ha. Lors de cette rencontre, le président du conseil régional de Fès-Meknès, Mohand Laenser, a souligné que son conseil a joué un rôle avant-gardiste dans le renforcement de toutes les initiatives visant à développer les zones industrielles, les zones d’activités économiques et tous les projets destinés à améliorer le climat des affaires, à soutenir les entreprises et à créer des emplois.

Un fonds régional de soutien aux investissements
Fruit d’un partenariat entre le CRI Fès-Meknès , le Conseil régional et la CCIS de Fès-Meknès, la quatrième convention vise la création d’un nouveau fonds d’appui à l’investissement dénommé «Fonds régional de soutien aux investissements industriels dans la région de Fès-Meknès». «Doté d’un budget de 55 MDH, ce dispositif incitatif à l’investissement dans la région vise à encourager la réalisation de projets industriels s’inscrivant dans le plan de relance industrielle, notamment la stratégie de substitution aux importations du ministère de l’Industrie», précise Yassine Tazi, directeur général du CRI Fès-Meknès.

Cet outil, qui s’adresse à tous les porteurs de projets industriels dans la région, vient en appui aux autres mesures de soutien à l’investissement instaurées au niveau régional, notamment la prime à l’emploi en vigueur depuis 2019. Le financement des projets retenus dans le cadre de la mise en œuvre de ce fonds se fera selon trois axes, à savoir le financement à hauteur de 10% du prix d’acquisition des machines et équipements industriels plafonné à 500.000 DH par porteur de projet, le financement des frais des études et des expertises techniques plafonné à 100.000 DH et la participation aux frais de formation des ressources humaines recrutées dans le cadre de ces projets.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page