Éco-Business

Etude. Le paiement sans contact a le vent en poupe

Un sondage mondial réalisé par Mastercard auprès des consommateurs dresse un tableau de l’adoption accélérée et durable du sans contact. Les consommateurs ont tendance à utiliser ces moyens pour payer leurs courses et autres achats durant cette période marquée par la pandémie Covid-19.

En mars, alors que de nombreux pays en Afrique et au Moyen-Orient imposaient les restrictions nécessaires à la distanciation sociale, une majorité de consommateurs se sont tournés vers les paiements par carte sans contact pour les achats essentiels. En effet, un sondage mondial réalisé par Mastercard auprès des consommateurs dresse un tableau de l’adoption accélérée et durable du sans contact. Ainsi, 70% des personnes interrogées dans la région déclarent utiliser désormais une forme de paiement sans contact en invoquant la sécurité et la propreté.


Le Maroc adopte ces solutions
Au cours des dernières semaines, Mastercard a annoncé des engagements visant à augmenter les limites de paiement sans contact dans plus de 50 pays dans le monde. Le Maroc a également soutenu cette initiative, les banques ayant accepté de relever la limite de la CVM (méthode de vérification du titulaire de la carte) à 400 dirhams.

«Le Maroc adopte véritablement cette technologie dans le cadre de sa réponse à la pandémie et reconnaît le sans contact comme un moyen de paiement plus sûr, plus propre et plus rapide», assure Mohamed Benomar, directeur général de Mastercard pour l’Afrique du Nord-Ouest.

L’augmentation des limites fait partie de l’effort global de Mastercard pour s’assurer que les consommateurs, les commerçants et les petites entreprises disposent des ressources nécessaires pour payer, recevoir des paiements et poursuivre leurs activités en toute sécurité pendant la crise Covid-19. Mohamed Benomar déclare dans ce sens que «la distanciation sociale est très importante en ce moment et nous félicitons le gouvernement marocain pour ses efforts visant à assurer la sécurité des citoyens et des résidents. En plus de rester à la maison, la distanciation sociale s’applique également aux appareils partagés par le public, par exemple les caisses de sortie et les terminaux de points de ventes. La décision des banques marocaines d’augmenter les limites de paiement par carte et les mesures économiques et sociales du gouvernement pour aider les entreprises et les travailleurs montrent un engagement fort envers l’économie locale que Mastercard soutient pleinement».

Changement d’habitude
Confinement oblige ! Devoir se déplacer au magasin pour acheter des œufs, des médicaments et d’autres produits de première nécessité a changé de manière spectaculaire.

«Les acheteurs du monde entier ont dû s’adapter aux mesures de distanciation sociale et à d’autres nouveaux défis lorsqu’ils achètent des produits de consommation courante pour leur famille et leurs proches», explique Mastercard dans son étude.

Ce changement de comportement des consommateurs est particulièrement évident à la caisse car les gens expriment un désir de cartes sans contact et des inquiétudes quant à la propreté et la sécurité aux points de ventes, selon la nouvelle enquête de Mastercard.

En fait, les résultats des répondants au Moyen-Orient et en Afrique montrent que l’utilisation des cartes sans contact passe au-dessus du portefeuille. Six personnes interrogées sur dix (61%) dans la région ont échangé leur carte en haut de leur portefeuille contre une carte sans contact. La perturbation mondiale a entraîné une inquiétude accrue des consommateurs quant à l’utilisation d’argent liquide et une perception positive du sans contact en raison de la sécurité et de la tranquillité d’esprit qu’il procure. Dans le contexte de la pandémie, 84% des personnes interrogées ont déclaré que le paiement sans contact était un moyen de paiement plus propre.

En outre, 79% ont déclaré que les méthodes de paiement sans contact ont été faciles à adopter. Par ailleurs, près de deux personnes interrogées sur trois (64%) ont confirmé que la pandémie les avait amenées à utiliser moins d’argent liquide et 81% ont déclaré qu’elles continueraient à utiliser le sans contact une fois la pandémie terminée, ce qui indique un changement de comportement à long terme.

Le point de basculement
Alors que les pays du monde entier se trouvent à des stades différents de déploiement et d’utilisation des cartes sans contact pour les achats quotidiens, les observations de Mastercard sur les tendances des épiceries et des pharmacies, deux secteurs où de nombreux produits de première nécessité sont achetés au quotidien, ont montré que presque toutes les régions ont connu des pics importants en février et mars. En outre, renforçant l’évolution des comportements et les préférences des consommateurs en matière de paiement, Mastercard a constaté que le nombre de paiements par carte sans contact dans les épiceries et les pharmacies a augmenté deux fois plus vite que les transactions sans contact dans le monde entier.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page