Éco-Business

Delattre Levivier Maroc : Deux milliards de CA pour démarrer l’année

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le leader national de la construction métallique termine l’année 2016 sur des performances résilientes. La prise de commande durant l’exercice écoulé dépasse les 2,4 MMDH.


Delattre Levivier Maroc (DLM), leader marocain de la construction métallique lourde et de la chaudronnerie, a signé un exercice 2016 solide, porté par une forte performance commerciale, une hausse marquée de la productivité et une maîtrise du besoin en fonds de roulement (BFR). Le conseil d’administration, présidé par Jean-Claude Bouveur, a ainsi arrêté les comptes et procédé à l’examen des activités au 31 décembre 2016, dont les conclusions ont été présentées par Éric Cecconello, CEO du groupe, mercredi à  Casablanca. Il en ressort un carnet de commandes de plus de 2,463 MMDH, dont 1,479 milliard consolidé en 2016 (filiales comprises). Une tonicité commerciale qui est principalement imputable à la signature durant le 1er semestre de l’exercice passé, d’un important contrat avec le groupe OCP. Le montant de l’opération s’élève à 617 MDH, mobilisés pour la réalisation d’une unité industrielle de fusion-filtration de soufre, clé en main, pour une production quotidienne de 12.000 tonnes de soufre liquide. C’est le projet le plus ambitieux jamais confié à DLM. Sa réalisation s’étale sur  20 mois.

Deux autres contrats ont été signés avec OCP durant l’année 2016, d’une valeur cumulée dépassant les 200 MDH, plus un troisième avec Daewoo, d’une valeur de 100 MDH. À l’avancement (méthode comptable adoptée par DLM afin de mieux refléter la conversion des performances commerciales en chiffre d’affaires), le chiffre d’affaires consolidé a été de 637,527 MDH, en baisse par rapport au niveau de 2015 du fait de la décélération des activités dans certains marchés subsahariens. Cela dit, une partie importante du chiffre d’affaires réalisé en 2016, soit plus de 1,811 MMDH, est reportée sur 2017 et les exercices suivants. Éric Cecconello, commentant ces performances, explique que «la nature de nos activités, de par l’importance des projets confiés, impose des réalisations échelonnées sur plusieurs exercices. Pour nous, une unité industrielle qui nécessite 2 ou 3 années de mobilisation est une chose courante». En effet, des projets tels que celui remporté auprès de OCP ne peuvent être bouclés dans l’année, mais engagent la société, sa capacité de production et ses ressources sur plusieurs années.

À ce propos, Cecconello indique que «notre capacité de production est adaptable au niveau de commandes contractées. DLM n’a aucun mal à augmenter ou à baisser cette capacité en fonction des besoins». Cette partie reportée est de 57,8% supérieure à celle réalisée en 2015 et reportée sur 2016. En termes de conversion moyenne, ce niveau correspond aux produits d’activités de deux exercices complets. Pour sa part, la marge opérationnelle ressort à +8,86%, contre +7,1% en 2015.

Le fonds de roulement de l’entreprise a observé une hausse de +284% suite aux résultats obtenus, à la restructuration de la dette à court-terme et à la bonne maîtrise des investissements en 2016. Le besoin en fonds de roulement, lui, a été maîtrisé à près de 15% (contre plus de 17% en 2015) et ceci malgré l’augmentation notable du carnet de commandes et des déploiements qui en ont résulté. Par ailleurs, le groupe DLM a vu la trésorerie nette augmenter de plus de 103 MDH des suites des opérations d’optimisation réalisées avec succès. Le résultat financier s’est établi à -29,853 MDH (contre -34,017 MDH en 2015). Le résultat net part du groupe (RNPG) enregistre ainsi une augmentation de +6,8% à 11,746 MDH (contre 11,002 en 2015). Cette variation est imputable à une part des minoritaires, 604 KDH, largement inférieure à celle de l’exercice passé (2,107 MDH). Le Résultat d’exploitation est également resté stable, en légère baisse de 1,3% à 55,421 MDH contre 56,166 MDH une année auparavant.

Enfin, le résultat net consolidé est en baisse maîtrisée de -3,6% à 12,395 MDH, contre 13,109 MDH en 2015. Sur les perspectives 2017, DLM démarre l’année en cours avec un chiffre d’affaires de 1,811 MMDH.

Le CA reporté est segmenté en deux tranches et l’encaissement de la première, conjuguée au chiffre d’affaires prévisionnel de 2017 devrait dépasser à nouveau la barre du milliard. «Pour 2017, nous escomptons une performance largement supérieure à celle réalisée lors des exercices précédents», conclut Cecconello. Aussi, le déploiement de DLM Services, une nouvelle filiale spécialisée dans le facility management, devrait y contribuer grandement et parfaire la stratégie de diversification du cœur de métier du constructeur métallique. 


Chiffres clés de l’exercice 2016

1.811.000
+57,8%
Carnet reporté (en KDH)

11.746
+6.8%
Résultat net part du groupe (RNPG) (en KDH)

637.527
-38%
Chiffre d’affaires (en KDH)

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page