Éco-Business

Covid-19 : remarquable résilience du marché de l’assurance et de la réassurance

Résultat net global, primes émises, prestations et frais, charges techniques d’exploitation, placements affectés aux opérations d’assurances et de réassurance, fonds propres… des indicateurs au vert et qui témoignent d’une remarquable résilience du marché de l’assurance et de réassurance face à la crise sanitaire et économique.

Si les économies mondiales ont été, partiellement ou complètement, déréglées dans de nombreux pays ces 20 derniers mois, certains secteurs ont accueilli le choc lié à la pandémie avec une remarquable résistance. C’est le cas notamment du secteur des assurances et des réassurances dont les indicateurs au 1er semestre 2021 contrastent avec les performances des autres activités économiques du pays. En gros, si le marché de l’assurance et de réassurance, grand muet de l’appareil productif national, communique peu depuis le début de la crise sanitaire et économique, il en demeure pas moins souffrant qu’il n’y paraît en témoignent les chiffres publiés par l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS). Résultat net global, primes émises, prestations et frais, charges techniques d’exploitation, placements affectés aux opérations d’assurances et de réassurance, fonds propres… les indicateurs clés du secteur sont au vert.

Au total, le chiffre d’affaires du secteur, acceptations en réassurance comprises, a atteint 30 MMDH, en hausse de 9,8%. Dans le détail, le chiffre d’affaires direct des entreprises d’assurances et de réassurance a atteint les 27,8 milliards de dirhams (MMDH), en progression de 10,9% comparé à la même période de 2020. S’agissant de l’assurance vie, elle enregistre un bond de 16,5% à 12,5 MMDH et l’assurance non-vie affiche des émissions de primes de 15,2 MMDH (+6,6%) selon les données de l’ACAPS. Quant aux prestations et frais supportés par les entreprises d’assurances et de réassurance, ils s’inscrivent dans le même trend haussier avec une hausse significative de 15,9% à 22,6 MMDH. Pour ce qui est des assureurs directs, ils ont supporté 21,3 MMDH (bruts de réassurance), en augmentation de 17,1%, par rapport au premier semestre 2020. La contribution des réassureurs exclusifs dans les prestations et frais, elle, a enregistré une quasi-stagnation (+0,2%) à 1,3 MMDH. Par branche d’assurances, les prestations et frais ont affiché de fortes hausses aussi bien en assurance vie (+17,9%) qu’en assurance non-vie (+13,3%). Dans la rubrique des charges techniques d’exploitation, l’ACAPS note que les entreprises d’assurances et de réassurance ont comptabilisé des charges en augmentation de 8,1%, à 5,1 MMDH, alors que les frais de gestion passent de 2,9 MMDH à 3,2 MMDH, en hausse de 10%. En parallèle, les charges d’acquisition ont progressé de 5,1% à 2 MMDH, dont 1,5 MMDH supporté au titre de la distribution des produits d’assurances non-vie. Si on arrive au chapitre des provisions techniques, on remarque que l’encours des entreprises d’assurances et de réassurance s’élève à 191,3 MMDH, en hausse de 4,8% par rapport à fin décembre 2020.

Sur cet encours, les assureurs directs concentrent 93,3%, explique le gendarme des assurances et de la prévoyance sociale, lequel s’est vu confier les missions de régulation et de supervision desdits secteurs par la loi 64-12, instituée en 2016. Toujours dans le même registre, avec 107,8 MMDH et une hausse de 4,1%, les provisions techniques vie maintiennent leur part à 56%. Quant aux provisions techniques non-vie, elles enregistrent une augmentation de 5,8% à 83,5 MMDH. Pendant ce temps, les compagnies d’assurances et de réassurance affichent des évolutions contrastées.

Ainsi, les assureurs directs ont comptabilisé un résultat net en hausse de 21,3%. A contrario, le résultat net des réassureurs exclusifs accuse une forte baisse pour s’établir à 89,3 millions de dirhams. Pour ce qui est des placements affectés aux opérations d’assurances et de réassurance, ils maintiennent leur rythme de croissance et s’apprécient de 2,8% par rapport à fin décembre 2020. Ils s’élèvent désormais à 188,4 MMDH (en valeur d’inventaire), soit 70,5% de l’actif total des entreprises d’assurances et de réassurance. La structure du portefeuille de placements affectés des assureurs directs demeure globalement inchangée et dominée par les actifs de taux (51,6%) et les actifs d’actions (42,5%). Enfin, en ce qui concerne les fonds propres, d’un semestre à l’autre, les fonds propres des assureurs directs s’apprécient de 0,8% à 40,4 MMDH, au moment où ceux des réassureurs exclusifs baissent de 26,4% à 2,4 MMDH. Globalement, les fonds propres des entreprises d’assurances et de réassurance se déprécient de 1,2% à 42,7 MMDH. A côté de ces belles performances, les acceptations en réassurance, avec 2,2 MMDH de primes, ont baissé de 2,1%, tout en restant concentrées en non-vie (95,8%). Sur ce segment, les réassureurs exclusifs maintiennent néanmoins leur contribution dominante avec 82,1% de part de marché.

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page