Éco-Business

Consommation des ménages : Plus chère la vie en 2016

L’indice du prix à la consommation a connu une hausse d’1,6% par rapport à l’année précédente. Une hausse qui intervient au moment où la consommation des ménages connaît une amélioration à un rythme modéré de 2,6% et promet de continuer sur ce rythme pour l’année 2017.


Les dernières statistiques du Haut-commissariat au Plan (HCP) viennent confirmer un tant soit peu le sentiment de cherté de la vie ressenti par les Marocains durant cette année 2016. À en croire l’institution dirigée par Ahmed Lahlimi Alami, l’indice du prix à la consommation annuel moyen a enregistré, au terme de l’année 2016, une augmentation d’1,6% par rapport à l’année 2015.

La hausse a concerné aussi bien les produits alimentaires dont l’indice a augmenté de 2,7% que les produits non alimentaires dont l’indice a progressé de 0,7%. Les variations enregistrées pour les produits non alimentaires vont d’une baisse de 0,2% pour les télécoms à une hausse de 2,5% pour la restauration et l’hôtellerie ou encore de 2,3% pour l’enseignement.

Sur cette base, l’indicateur d’inflation sous-jacente aurait connu une hausse d’1,3% au cours de l’année 2016 par rapport à l’année 2015. Les hausses les plus importantes de l’IPC annuel ont été enregistrées à Al Hoceïma avec 2,3%, à Settat avec 2,1%, à Beni-Mellal avec 2%, à Agadir, Dakhla, Meknès et Rabat avec 1,9% et à Tanger avec 1,8% et les moins importantes à Oujda et Safi avec 1%, à Laâyoune et Kénitra avec 1,2% à Guelmim avec 1,3% et à Casablanca avec 1,4%. Cet indice est à combiner avec celui de la consommation réelle des ménages durant l’année 2016, lequel aurait été en amélioration à un rythme modéré de 2,6% au lieu de 2,4% en 2015, loin du taux de 4,6% par an durant la période 2008-2012. L’on constate donc un ralentissement de la consommation dont l’une des raisons peut être la hausse des prix. La contribution de la consommation des ménages à la croissance du PIB aurait été d’1,5 point en 2016 au lieu de 2,4 points en moyenne entre 2008 et 2014. Pour l’année 2017, la demande intérieure devrait consolider sa légère reprise observée en 2016.

Ainsi, la consommation des ménages résidents profitant des effets des résultats positifs attendus de la campagne agricole 2016-2017 et de l’amélioration des revenus en relation avec la consolidation prévisible de la croissance des activités non agricoles, devrait s’accroître de 3,2% en volume en 2017 au lieu de 2,6% en 2016. Précisons que durant le mois de décembre, l’indice des prix à la consommation avait connu une légère baisse de 0,1% par rapport au mois précédent. Dans ces conditions, l’indicateur d’inflation sous-jacente, qui exclut les produits à prix volatils et les produits à tarifs publics, aurait connu une hausse de 0,2% au cours du mois de décembre 2016 par rapport au mois précédent.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page