Éco-Business

Confiance des ménages : le moral au plus bas en 2021

L’indice de confiance des ménages (ICM) s’est dégradé au dernier trimestre 2021, se situant à 61,2 points. Il enregistre ainsi un recul par rapport au trimestre précédent où il s’était établi à 65,5 points et une stagnation par rapport au même trimestre de 2020. 

Les résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, menée par le HCP, montrent que la confiance des ménages s’est globalement dégradée au quatrième trimestre 2021. L’indice de confiance est ainsi passé à 61,2 points, au lieu de 65,5 points un trimestre auparavant. Toutefois, une stabilité par rapport au même trimestre 2020 a été relevée. Ils sont plus des 2/3 des ménages à déclarer une dégradation de leur niveau de vie au cours des 12 mois de l’année écoulée. 20,3% indiquent un maintien au même niveau tandis que 12,3% constatent une amélioration. Le solde d’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie est resté négatif, à -55,2 points, contre -41,5 points au trimestre précédent et -46,6 points au même trimestre de l’année passée. Le Haut Commissariat au plan relève aussi que 29,4% des ménages s’attendent à une dégradation de leur niveau de vie en 2022, 42,5% à un maintien et 28,1% à une amélioration. Le HCP fait aussi savoir qu’au dernier trimestre 2021, 84% des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois, contre 6,4% à être d’un avis contraire. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif à -77,6 points contre -78,3 enregistré au T3-2021 et au T4-2020.


Une conjoncture peu favorable à l’acquisition de biens durables
Par ailleurs, 72% -contre 9,2% des ménages- considèrent que le moment n’est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables. Le solde d’opinion de cet indicateur s’est ainsi établi à -62,8 points contre -62 enregistrés au T3-2021 et -61,2 au T4-2020. Selon l’enquête, à peine 51,8% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses tandis que 44,3% déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne. Ils sont une petite minorité (3,9%) à affirmer être en mesure d’épargner une partie de leur revenu. Ainsi, le solde d’opinion relatif à la situation financière actuelle des ménages est resté négatif, à -40,4 points contre -36,4 au T3-2021 et -29,1 au T4-2020. Pour ce qui est de l’évolution de leur situation financière au cours des 12 derniers mois, les Marocains ne s’en sortent guère mieux. Plus de la moitié (54,4%) -contre 5,4% des ménages- considèrent que leur situation s’est dégradée. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur est resté ainsi négatif et atteint un niveau très bas avec -49 points contre -48 au T3-2021 et -39,9 au T4-2020.

Situation financière : léger optimisme pour 2022
Toutefois, les ménages sont légèrement optimistes pour 2022. 29,3% s’attendent à une amélioration de leur situation financière durant les 12 prochains mois. Le solde d’opinion de cet indicateur s’établit ainsi à 15,1 points, en stagnation par rapport au T3-2021 (15,1 points) et en nette amélioration par rapport au T4-2020 (0,6 point). Malgré cela, ils sont seulement 15,2% -contre 84,7% des ménages- qui comptent épargner au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur est resté négatif, à -69,5 points au lieu de -70,4 au trimestre précédent et -65,8 au même trimestre de l’année passée.

Prix des produits alimentaires, presque tous les ménages impactés
Au dernier trimestre 2021, 96,2% des ménages déclarent que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois contre une proportion infime des ménages (0,3%) qui ressentent leur diminution. Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, à -95,9 points, contre -86,9 le trimestre précédent et -74,7 points à fin 2020. Pour ce qui est de leurs perspectives d’évolution au cours des 12 prochains mois, plus des ¾ des ménages (78,6%) estiment que les prix des produits alimentaires continueront à augmenter, contre seulement 2,4% qui s’attendent à leur baisse. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif, se situant à -76,2 points, au lieu de -70,9 enregistrés un trimestre et -64,6 il ya une année auparavant. Pour rappel, la valeur de l’ICM, qui est la moyenne arithmétique simple des soldes des 7 indicateurs, augmentée de 100, varie de 0 à 200. Elle porte sur l’évolution passée du niveau de vie, ses perspectives d’évolution, l’évolution prévisionnelle du nombre de chômeurs, l’opportunité d’achat de biens durables, la situation financière actuelle des ménages ainsi que son évolution passée et ses perspectives d’évolution.

Tilila El Ghouari / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page