Éco-Business

Bourse : les bénéfices et les dividendes hors de danger?

L’accélération de l’inflation et une croissance molle interrogent sur les perspectives des entreprises cotées. Malgré les vents contraires, elles devraient tirer leur épingle du jeu, selon BKGR. La société de recherche prévoit une hausse de l’activité ainsi que des bénéfices et des dividendes pour un groupe de 40 entreprises (Scope 40) représentant 90% de la capitalisation boursière nationale.  

Après un rebond solide de 18% du Masi en 2021, l’année 2022 avait bien démarré (hausse de 3,93% en janvier) avant que la guerre en Ukraine et la poussée de l’inflation ne plongent le marché dans le doute. Au cours de la séance du vendredi, l’indice vedette de la place affichait une perte annuelle de près de 6%.


En avril, l’indice de confiance des investisseurs, calculé par Attijari Global Research, s’est établi à 44,8 points contre 67,4 en octobre 2021. «Le marché est sous tension parce qu’il est difficile d’apprécier l’impact de l’inflation sur les marges des entreprises et la demande», explique un professionnel des marchés.

19,7 MMDH de dividendes en 2022
Dans un environnement plus difficile qu’anticipé, avec une croissance économique qui serait inférieure à 2%, les entreprises cotées devraient tirer leur épingle du jeu d’après les prévisions de BMCE Capital Global Research (BKGR). Les analystes du bureau de recherche, filiale de BMCE Capital, le pôle Banque d’affaires du groupe Bank Of Africa, voient même les bénéfices d’un groupe de 40 entreprises (Scope 40) -représentant 90% de la capitalisation boursière-, progresser plus vite que les prévisions initiales, soit une hausse de 8,6% à 28,9 MMDH contre 8,3% anticipée en octobre dernier.

L’environnement de prix favorable va soutenir les résultats du secteur Pétrole et Gaz qui figure parmi les principaux contributeurs positifs aux résultats du marché (+525 MDH) devant les secteurs Électricité (+242 MDH), Assurances (+230 MDH) et Services aux collectivités (+160 MDH). Pratiquement 50% de la hausse des profits de la cote en 2022 viendront des banques.

Sans retrouver leur niveau pré-Covid, les bénéfices cumulés des entreprises financières progresseraient de 18% à près de 10 MMDH grâce, notamment, à la poursuite de l’amélioration du coût du risque. La rémunération des actionnaires ne devrait pas souffrir de la conjoncture. Au contraire, les prévisions laissent entrevoir une hausse de 2,5% de la cagnotte à 19,7 MMDH, soit un rendement du dividende de 3,2%.

Les revenus du marché en hausse de 6,7%
L’activité des sociétés cotées devrait progresser nettement plus vite que la croissance économique, selon les analystes. Le chiffre d’affaires du Scope 40 s’accroîtrait de 6,7% à 241 MMDH. Dans l’industrie, les analystes anticipent une hausse des revenus de 7,9% à 166 MMDH et de 12% comparée à 2019.

Cette croissance serait principalement tirée par les distributeurs de produits pétroliers dans un contexte de prix favorable. Les cours des métaux se maintiendraient, par ailleurs, à un niveau élevé, ce qui fait les affaires de Managem. L’industriel devrait aussi profiter de l’augmentation des capacités de production, notamment dans la mine aurifère de Tri-K en Guinée.

Dans la distribution, Label Vie influencera positivement le chiffre d’affaires sectoriel après l’accélération des ouvertures de magasins en 2021. Ces contributions positives aux revenus des industries seront atténuées par la baisse attendue du chiffre d’affaires de Maroc Telecom.

Dans le secteur financier, l’activité continuera d’être tirée par la demande de crédit de trésorerie. Les dossiers d’investissement, eux, sont rares dans un contexte hautement incertain. La direction des taux suscite aussi beaucoup d’interrogations et dépendra du comportement de l’inflation, de la situation des finances publiques et des décisions de Bank Al-Maghrib.

Pour l’heure, BKGR table sur une hausse de 4,6% de la marge d’intérêt sectorielle. Les commissions et le résultat des opérations de marché progresseraient, respectivement, de 5% et 3%. Le produit net bancaire est attendu à 55,8 MMDH en hausse de 4,1%. De leur côté, les compagnies d’assurance bénéficieront toujours du dynamisme de l’assurance-vie (+7,6%) et, dans une moindre mesure, de l’activité non-vie (+3%).

Les primes émises par les opérateurs cotés totaliseraient 19,2 MMDH en hausse de 5,1%. L’évolution positive de l’activité du marché devrait contribuer à amortir l’alourdissement des charges dans un contexte inflationniste. Le résultat d’exploitation s’améliorerait de 4,2% à 61 MMDH dont une hausse de 3,4% à 31 MMDH dans les industries.

La marge opérationnelle y ressortirait à 18,6% en repli de 0,8 point sous l’effet, principalement, de la hausse des coûts des intrants.

Franck Fagnon / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page