Éco-Business

Atlas Capital devient Oaklins Member

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

La banque d’affaires marocaine vient de rejoindre l’organisation mondiale Oaklins, après un processus d’adhésion qui a duré un an, au cours duquel une dizaine de transactions ont été traitées.


Atlas Capital franchit un nouveau cap. La banque d’affaires globale, qui opère sur le marché marocain depuis 1999, a intégré, le 17 novembre 2016, Oaklins, première banque d’affaires mondiale mid-market. Par cette adhésion, la banque marocaine accède à un réseau de 60 bureaux et 700 professionnels comptant 16 équipes sectorielles présent dans 40 pays, et devient désormais «Oaklins Atlas Capital».

La banque marocaine élargit ainsi ses horizons en s’offrant un accès à des investisseurs, des repreneurs et des opportunités d’investissement partout dans le monde. Un impact qui s’est fait ressentir avant même son adhésion effective. D’après Tarik Britel, Partner Corporate Finance à Oaklins Atlas Capital, durant le processus d’adhésion, qui dure une année, sa société a été amenée à travailler sur une dizaine de deals. «L’impact de cette adhésion sur notre banque est la multiplication des mandats émanant du réseau et intéressés par le Maroc», explique-t-il. L’autre avantage de cette adhésion est l’accès à des experts. Aujourd’hui, il n’existe pas de banque d’affaire spécialisée dans un seul secteur, compte tenu de la non viabilité d’un tel business model, mais la nécessité d’une expertise sectorielle est de rigueur pour le repérage et le suivi des potentiels repreneurs via un système de veille mais aussi à travers des relations étroites ou encore le paramétrage pour la valorisation ou la réalisation des business plans.

Par ailleurs, l’adhésion à cette organisation ne nécessite pas une capitalisation, mais implique cependant le respect des règles communes qui stipulent «qu’on est dans le même groupe», explique Britel. En effet, le modèle sur lequel se construit cette collaboration est basé sur un partage des compétences et des revenus. Ainsi, pour tout deal en cours, chaque banque d’affaires fait appel aux experts sectoriels ainsi qu’aux autres banques d’affaires du réseau impliquées pour constituer une équipe qui travaillera de concert sur le deal. Les revenus générés sont par la suite répartis en conséquence, explique Britel. Pour rappel, Atlas Capital figure dans le top 5 des acteurs marocains, d’après ses dirigeants, et opère dans six activités (M&A & Corporate Finance, gestion privée, asset management et portfolio management, intermédiation boursière, gestion de projets immobiliers et courtage en assurance) chapeauté chacune par l’un des actionnaires (personnes physiques), au nombre de six
également.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page