Éco-Business

African Business Connect : L’offre marocaine intéresse la Tanzanie

Lors de la 2e étape de l’«African Business Connect», mercredi, à Dar Es Salam, les entreprises tanzaniennes ont manifesté un grand intérêt pour l’offre marocaine. 1.120 rencontres B to B ont été réalisées. 

Après le rush à Kigali, «African Business Connect» a fait le plein de B to B à Dar Es Salam !!! En effet, l’étape tanzanienne de la mission d’affaires, co-organisée par Maroc Export et BMCE Bank Of Africa, a attiré du monde. Mercredi 5 avril, quelque 220 entreprises tanzaniennes sont venues mener des B to B avec les représentants des 80 sociétés marocaines qui prennent part à cette deuxième édition d’«African Business Connect».


En tout, 1.120 rencontres B to B ont été réalisées, avec une moyenne de 14 RDV pour chaque entreprise marocaine, à en croire les chiffres fournis par les organisateurs. Plusieurs secteurs sont représentés : électricité et énergies renouvelables, import et export, BTP et matériaux de construction,  commerce,  transport et  logistique.  Les télécoms et   la finance sont aussi de la partie. L’événement, qui a été rehaussé par la présence du ministre des Finances de Zanzibar, Khalid Salum Mohamed, a permis aux opérateurs marocains d’avoir une vue d’ensemble sur l’environnement des affaires dans ce pays stratégique de l’Afrique de l’Est. «La Tanzanie est tellement riche en ressources et en opportunités que vous pouvez y réaliser tout ce que vous cherchez à développer ailleurs en Afrique», résume Ammishaddai Owusu Amoah, directeur général de Bank Of Africa Tanzanie, filiale de la BMCE et 7e plus importante banque du pays.

Secteurs porteurs
Pour le ministre des Finances de Zanzibar, le Maroc doit saisir ces opportunités et investir en Tanzanie, tout en apportant son expertise avérée. «Nous ne voulons plus continuer à exporter des matières premières, mais plutôt créer de la valeur ajoutée», a insisté Khalid Salum Mohamed. Du côté des organismes locaux en charge de la promotion des investissements, on présente ce pays bordé par l’Océan Indien comme «le plus vaste (945.087 km²), le plus peuplé (50 millions d’habitants), mais aussi, le plus riche en ressources naturelles».

De plus, la Tanzanie, qui se voit comme la future «Allemagne de l’Afrique de l’Est», sert de porte d’entrée à plusieurs pays enclavés de la région, à l’instar du Burundi, du Rwanda, de la Zambie, du Malawi, voire de la lointaine République Démocratique du Congo. «Les secteurs porteurs sont nombreux, mais je conseille surtout aux investisseurs marocains de s’intéresser à l’énergie, à l’agro-industrie, ainsi qu’aux transports», conclut le patron local de Bank Of Africa.  


Khalid Salum Mohamed
Ministre des Finances de Zanzibar

Le Maroc, et j’insiste la-dessus, doit investir en Tanzanie. Notre environnement des affaires favorable attire des investisseurs originaires de nombreux pays du monde. Nous disposons de zones économiques spéciales, et nous voulons créer de la valeur ajoutée chez nous».

Ammishaddai Owusu Amoah
Directeur général de Bank Of Africa Tanzanie

Les secteurs porteurs sont nombreux, mais je conseille surtout aux investisseurs marocains de s’intéresser à l’énergie, à l’agro-industrie, ainsi qu’aux transports».

Abdellah Benryane
Ambassadeur du Maroc en Tanzanie

Après la signature des 22 accords et conventions entre le Maroc et la Tanzanie lors de la visite de Sa Majesté le roi à Dar Es Salam, de nombreuses visites de membres des administrations des deux pays ont eu lieu pour concrétiser ces partenariats. Et les choses vont dans le bon sens».


Concrétisation des conventions bilatérales

Les 22 accords et conventions bilatéraux signés en octobre 2016 à Dar Es Salam, lors de la visite historique du roi Mohammed VI dans ce pays, se concrétisent. C’est du moins ce qu’indiquent en chœur le ministre des Finances de Zanzibar, Khalid Salum Mohamed, et l’ambassadeur du Maroc en Tanzanie, Abdellah Benryane. Ces partenariats concernent de nombreux domaines, allant de la coopération politique aux services aériens. Certains d’entre eux incluent le secteur privé, à l’instar d’institutions de financements comme la BMCE Bank Of Africa Tanzanie, qui s’était engagée à financer 3 importants projets. Selon le directeur général de la filiale du groupe d’Othman Benjelloun, la banque a déjà procédé au financement de ces projets, qui sont déjà réalisés. Il s’agit de la construction d’un hôpital privé destiné aux plus démunis, financé à hauteur de 5 millions de dollars ; d’un champ gazier  et de l’acquisition de 8 tankers pour transporter du fuel de la Tanzanie vers les pays voisins.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page