Éco-Business

Actifs immobiliers : repli des transactions, faut-il s’inquiéter?

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) et le nombre de transactions ont baissé en 2020.

Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC) dressent le bilan de l’évolution des actifs immobiliers en 2020. D’après les données fraîchement publiées, il ressort une baisse de l’Indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) de 0,9% et un repli de 15,2% du nombre de transactions conclues. Selon l’analyse des deux institutions, la baisse de l’IPAI s’explique par les diminutions des prix des actifs résidentiels de 1,2%, de ceux des terrains de 0,6% et de ceux des biens à usage professionnel de 0,4%. Pour Kevin Gormand, CEO et co-fondateur de Mubawab, la crise sanitaire frappant de plein fouet le Maroc, la baisse de l’IPAI et des transactions est, somme toute, normale. Il liste plusieurs raisons à ces baisses : « les prix sont toujours fonction de l’offre et de la demande. La demande s’étant tassée pendant plusieurs mois en raison de la crise sanitaire, ces baisses étaient prévisibles ». Les opérateurs, fait-il savoir, se sont vus, dans certains cas, contraints de baisser leurs prix pour au moins relancer la machine. En outre, Gormand estime que ce qui peut être préoccupant c’est l’effet de la crise sanitaire sur le tourisme et les secteurs d’activité forts au Maroc. Ceci se traduit, poursuit-il, par une baisse du pouvoir d’achat. Le point positif est que, selon lui, la baisse des transactions n’est «pas alarmante».


Une progression de 0,6% au T4 de 2020
Par ailleurs, les chiffres de BAM et l’ANCFCC montrent que la contraction des ventes a concerné l’ensemble des catégories de biens, avec des replis dans le résidentiel (-18,2%), les terrains (-7,7%) et les biens à usage professionnel (-5,4%). Par ville, indique-t-on de même source, les prix ont progressé de 0,7% et les transactions ont reculé de 17,4% en 2020 à Rabat alors qu’à Casablanca l’indice des prix s’est déprécié de 0,6% et les transactions ont baissé de 10%. De même, les prix ont chuté de 1,8% et les ventes baissé de 10,1% à Marrakech tandis qu’à Tanger les prix ont baissé de 2,3% et le nombre de transactions a diminué de 25,2%. Notons également que l’IPAI s’est apprécié de 0,6% durant le 4ème trimestre de 2020 par rapport à la même période de l’année précédente, reflétant ainsi les hausses des prix des biens résidentiels de 0,8% et des terrains de 0,5%. Quant aux prix des biens à usage professionnel, ils ont reculé de 1%. Concernant le nombre de transactions, BAM et l’ANCFCC soulignent qu’il a progressé de 27,1% d’une année à l’autre avant d’expliquer que cette hausse a concerné l’ensemble des catégories de biens, avec des taux de progression de 22,1% pour le résidentiel, de 47,3% pour les terrains et de 24,9% pour les biens à usage professionnel. Pour le reste, notons que les IPAI, élaborés par BAM et l’ANCFCC sont calculés selon la méthode des ventes répétées qui permet de remédier au problème de l’hétérogénéité des biens immobiliers. Cette méthode prend uniquement en considération les biens ayant fait l’objet d’au moins deux transactions au cours de la période concernée.

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page