Éco-Business

Accord agricole-Brexit : Les Espagnols réclament la révision des quotas

Les producteurs espagnols de fruits et légumes ont appelé à une révision des quotas d’importation des produits agricoles de pays tiers à cause du retrait britannique de la zone communautaire.


Le syndicat des producteurs espagnols de fruits et légumes se mobilise pour une révision à la baisse des quotas d’importations de fruits et légumes. Selon COAG, le principal syndicat agricole espagnol, le Brexit implique la perte d’un marché de 65 millions de consommateurs.

La filière espagnole de fruits et légumes estime qu’ il est urgent de procéder à une renégociation des quotas d’importation. Les producteurs font référence, en particulier, aux expéditions marocaines agricoles destinées au marché européen et principales concurrentes de la filière espagnole. «Les quantités avec des conditions avantageuses permettant l’entrée de tomates du Maroc par exemple, devraient être révisées à la baisse, pour éviter une saturation du marché européen et pour être cohérents avec la nouvelle réalité géopolitique», a souligné Miguel Blanco, secrétaire général de COAG. Après le déclenchement du processus du Brexit, le secteur agricole espagnol est sur ses gardes. D’ailleurs l’organisation a annoncé qu’elle sera vigilante pour ne pas avoir à payer les pots cassés d’une «décision géopolitique».

À présent, les exportateurs marocains de fruits et légumes devraient s’attendre à l’intensification des sorties accusatrices de la part du lobby espagnol après la perte de cet important client qu’est le consommateur britannique. De fait, les coups de gueule fusent de toutes parts dans le secteur agricole espagnol.

De leur côté, les producteurs des Iles Canaris réclament aussi des dédommagements pour la signature des accords avec des pays tiers. Le gouvernement local canarien a exigé des mesures compensatoires pour la sortie britannique de la zone-euro et les «concessions» octroyées aux produits marocains. Les producteurs et exportateurs espagnols craignent un endurcissement des conditions d’exportation en cas d’une sortie dure et la mise en place de nouveaux tarifs douaniers ou standards de qualité. Le Brexit est un coup dur pour les agriculteurs espagnols.

Le marché britannique absorbe un total 5,1% des produits agricoles frais en provenance de l’Espagne. Les exportations agro-alimentaires espagnoles vers le marché britannique ont totalisé la somme de 2.700 millions d’euros en 2016. Les producteurs espagnols veulent compenser le manque à gagner causé par le retrait des Britanniques de la zone communautaire et une éventuelle baisse de la demande en provenance de ce pays par une révision des quotas et une meilleure compensation de la part des autorités européennes. Or, le Brexit aura aussi un impact important sur le financement du Politique agricole Commun (PAC). En 2020, date de l’élaboration du prochain pacte, l’absence de la contribution britannique se fera ressentir. Environ 3.600 millions d’euros apportées par la Grande-Bretagne manqueront à l’appel à cause de la scission de Londres. 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page