Éco-Business

Abderrahim Taibi : “Toutes les conditions sont réunies pour que les entreprises commencent à faire leur bilan carbone !”

ABDERRAHIM TAÏBI
Directeur de l’Institut marocain de normalisation (IMANOR)

Nous sommes à environ 10 mois de l’échéance à laquelle les exportateurs marocains vont devoir justifier leur bilan carbone sur les produits qu’ils acheminent vers l’espace européen. Est-ce que l’ensemble des maillons de la chaîne de certification du bilan carbone au Maroc sont prêts aujourd’hui ?
Oui, l’ensemble des maillons de la chaîne sont prêts. Pour ce qui est de la phase d’identification des sources d’émission de carbone, celle-ci est assurée par l’entreprise. A ce stade, les entreprises doivent s’adresser à un expert pour se faire accompagner afin d’identifier leurs sources d’émission de carbone et établir leur bilan carbone. C’est comme un accompagnement qualité. Et il existe sur le territoire marocain plusieurs consultants et experts marocains de haute qualité qui proposent une telle prestation, et ce, avant même l’annonce de l’entrée en vigueur de la taxe carbone européenne. Le rôle d’Imanor est en aval. Celui-ci consiste à vérifier tout ce qui a été identifié et à le justifier par une attestation.

Selon des retours que nous avons d’opérateurs, plusieurs ont préféré recourir à des prestataires étrangers pour établir leur bilan carbone. Est-ce à dire qu’il n’y a pas suffisamment d’experts en la matière sur le marché marocain ?
S’il y avait un désordre au niveau de l’offre de prestation, aujourd’hui, nous sommes en train de mettre en place un dispositif qui nous permettra de référencer les consultants et experts. Et on estime avoir suffisamment de compétences pour accompagner les entreprises dans l’établissement du bilan carbone des entreprises. Ainsi, les entreprises auront tout simplement à consulter notre site pour choisir l’expert qui l’arrangera en termes de profil, de délai, etc.

Au vu de ce que vous dites, l’on peut dire que le marché marocain est prêt pour l’entrée en vigueur de la taxe carbone aux frontières de l’UE.
Effectivement, le marché marocain est tout à fait prêt ! Cependant, là où il faut redoubler d’effort, c’est au niveau de la sensibilisation aux enjeux. Il faut qu’on en parle ! Indépendamment des actions que mène Imanor, il faut que les entreprises commencent à faire leur bilan carbone. Nous allons même organiser une formation en 2023 pour les entreprises qui voudraient réaliser elles-mêmes leur bilan carbone. Tout est là pour commencer. Il n’y a pas de raison d’attendre. Le plus important est que nous avons la norme sur la décarbonation qui est déjà homologuée et les consultants sur place pour accompagner les entreprises. Il faut maintenant agir.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page