Auto

Ventes de voitures neuves : la belle percée de Seat

Le nouvel importateur de Seat affiche une croissance à trois chiffres et une part de marché historique. L’arrivée de modèles restylés et l’élargissement du réseau commercial dans le Royaume expliquent cette percée commerciale qualifiée de «remontada».

Sur un marché national en baisse de 10,7% (comparativement à octobre 2019), et impacté par les soucis de disponibilité mondiale, en raison de la pénurie en semi-conducteurs, certaines marques tirent mieux que d’autres leur épingle du jeu. C’est le cas de Seat qui, depuis son ralliement au portefeuille des «cartes» distribuées par la Centrale Automobile Chérifienne (CAC), en mai dernier, n’a eu de cesse de progresser. En effet, et en seulement six mois, le nouvel importateur de Seat a réussi à faire progresser ses ventes et sa part de marché, la portant désormais à 3,1% sur le segment des voitures particulières importées. Une belle percée commerciale que le représentant de la marque espagnole qualifie de «remontada», dans un communiqué de presse, expliquant que c’est grâce à ses modèles restylés qu’il réalise sa croissance commerciale.


C’est, notamment, le cas de «l’Ibiza essence qui s’est positionnée première de son segment pour le deuxième mois consécutif, avec 30% de part de segment», lit-on sur ledit communiqué. Depuis septembre, la citadine ibérique s’écoule autour de 130 exemplaires par mois, ce qui en fait l’une des plus vendues de sa catégorie. Autre best-seller, l’Arona (photo)  tourne à une cadence élevée (entre 70 et plus de 100 ventes par mois). Un volume appelé à croître avec l’arrivée récente de sa version restylée. Celle-ci a permis à ce modèle de se hisser à la troisième place de son segment (SUV citadins), avec 15 % de part de marché. Quant à son grand frère, l’Ateca, il fait partie de ces victimes de la crise mondiale des semi-conducteurs. Après un excellent volume réalisé en juin (136 unités), il s’en est vendu moins d’une quarantaine en septembre et à peine une cinquantaine le mois dernier.Avec 328 ventes en octobre, Seat s’autorise une première sur notre marché : entrer dans le top-10 mensuel des marques importées ! La marque, dirigée par Adel Zerrouk (et étroitement suivie par le DG de la CAC, Allal Benjelloun), affiche une progression de 105% par rapport au même mois en 2019. Cette progression à trois chiffres constitue «la deuxième meilleure évolution du marché automobile national», indique le même document de presse. Ce qui est réellement flatteur, c’est de pouvoir réaliser de si bons chiffres avec une gamme aussi étriquée et dont le nombre de modèles se compte sur les doigts d’une main. En fait, l’apport du réseau y est pour quelque chose, d’autant plus que la marque compte, désormais, 11 points de vente sur l’ensemble du territoire national.

En effet, et outre les deux showrooms casablancais, Seat dispose de représentations dans les villes de Rabat, Marrakech, Agadir, Tanger, Safi, El Jadida, Tétouan, Fès et Oujda. D’ailleurs, le potentiel de croissance est encore là, eu égard à ce qui se profile pour les semaines et mois à venir. Outre l’arrivée de la toute nouvelle Leon, compacte hyper populaire au Maroc, l’importateur de Seat mise aussi sur l’élargissement de son réseau avec, notamment, l’ouverture d’une nouvelle concession à Marrakech, prévue en décembre prochain.

Jalil Bennani / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page