Auto

Dacia Duster : formule enrichie

Pour prolonger sa carrière à succès, le Duster reçoit une deuxième mise à jour de milieu de cycle de vie. Les évolutions concernent aussi bien le design extérieur que les aspects intérieurs, tandis que l’équipement se modernise pour permettre au SUV le moins cher du marché de rester dans le coup.

Une décennie, seulement. Voilà ce qu’il aura fallu à Dacia pour installer le Duster sur le marché mondial des SUV et en faire un best-seller. Celui-ci s’est ainsi écoulé à près de 2 millions d’exemplaires, dont plus de 73.000 exemplaires au Maroc. Des ventes qui permettent à ce roumain de s’affirmer en tant que leader des SUV compacts depuis son lancement en 2010. Polyvalent, robuste, pratique et accessible, comme les autres Dacia, le Duster a mis toutes les chances de son côté pour conquérir le cœur des clients. Des Marocains qui l’achètent aussi bien comme véhicule principal que comme deuxième voiture pour emmener les enfants à l’école. Tout cela pour dire l’importance capitale de ce modèle qui arrive dans une nouvelle formule, fruit d’un second restylage. Un lifting qui a justement pour objectif d’apporter un peu de fraicheur et de modernité à ce modèle, afin de prolonger sa carrière à succès.

La lettre Y à l’honneur
Extérieurement, si le profil général du véhicule n’évolue pas, le coup de jeune est pourtant bien visible. Il ne faut pas un œil d’expert pour remarquer le nouveau regard du Duster, marqué par une calandre revisitée, à travers ses reliefs intérieurs en 3D, puis surtout par de nouveaux projecteurs qui, de série, adoptent un nouvel éclairage (à LED) diurne en forme de «Y» à l’horizontal. Cette signature lumineuse, ou plutôt thème graphique, se retrouve également au niveau des feux arrière qui conservent leur forme carrée, ainsi que sur le motif des jantes. À l’avant comme à l’arrière, des skis de protection sont directement intégrés à la carrosserie et sont peints en gris comme peuvent l’être aussi les coques de rétroviseurs et les rails de toit. Autre changement moins perceptible, l’adoption d’un nouveau becquet de toit, plus stylé et contribuant à l’amélioration du rendement aérodynamique du véhicule, selon le constructeur. Pour le reste, le Duster conserve ses attributs stylistiques qui font tout son charme, à savoir des passages de roues bien marqués, un léger épaulement de la ceinture de caisse à l’arrière et des porte-à-faux courts dans des proportions compactes. D’ailleurs, et avec une longueur contenue à 4,34 mètres, il offre toujours un joli rapport encombrement extérieur/espaces intérieurs, avec une belle habitabilité aux places arrières, doublée d’un grand coffre de 478 litres.

Intérieur revisité et mieux connecté
À bord, les évolutions sont plus discrètes, mais elles existent. Il est ainsi question d’un nouveau volant aux commandes mieux intégrées et rétroéclairées, une fois la nuit tombée. Les sièges adoptent des appuie-têtes remodelés et de nouvelles ambiances de sellerie. Autre évolution, la console centrale rehaussée et dotée d’un accoudoir, désormais coulissant, qui abrite toujours un espace de rangement. Pratique, le Duster l’est, justement, par ces petites attentions qui peuvent servir au quotidien, à l’image de ses nombreux ports USB : deux à l’avant et deux à l’arrière. La grande nouveauté à bord est, incontestablement, la nouvelle interface multimédia qui se décline en deux offres. En entrée de gamme, le système Media Display qui assure déjà les fonctions Bluetooth et mirroring pour Smartphone (Android Auto et Apple CarPlay). Puis, en finition haute, le système Media Nav qui, comme son nom le laisse deviner, intègre un module GPS, puis, encore rare dans la catégorie, le mirroring pour Smartphone, mais sans devoir utiliser de câble ! À noter qu’en version 4×4, ce même écran tactile de 8 pouces, prévoit aussi une version plus évoluée du «4×4 Monitor», interface dédiée à la conduite en milieu off-road.

Deux motorisations, trois finitions
Sous le capot, l’offre de motorisation reste inchangée, avec, en entrée de gamme, le 1.5 dCi de 85 Ch relié à une boite manuelle et un châssis à deux roues motrices (4×2), puis, ce même diesel, mais dans sa puissance à 110 Ch, proposé en boite manuelle à 6 vitesses et transmission 4×4 ou en 4×2, avec la boîte automatique EDC à double embrayage et 6 vitesses. Cette dernière constitue la grande nouveauté mécanique et permet au Duster d’afficher une consommation mixte inférieure à la barre des 5 l/100 km. Fort d’une garde au sol de 21,4 cm et d’une transmission intégrale éprouvée, le Duster est présenté comme étant «le meilleur des non-spécialistes», en matière de conduite off-road. Quand à l’équipement, il est configuré en trois finitions dites : Essentiel, Confort et Prestige. La première reçoit d’office la climatisation (manuelle), les phares antibrouillard, le régulateur de vitesse, les barres de toit, l’aide au démarrage en côte, l’allumage auto des feux et l’autoradio USB-Bluetooth-MP3. Le deuxième niveau ajoute, notamment, le radar de recul, l’écran tactile du système Media Display et l’accoudoir central avant coulissant. En haut du tableau, la finition Prestige offre la carte d’accès main-libre, la clim’ automatique, le vitrage arrière surteinté, des jantes alu’ de 17’’, la caméra de recul (avec lignes de guidage) et le système Media Nav. Les plus exigeants iront piocher au catalogue des options pour équiper le Duster soit d’un système de caméra panoramique, soit de l’avertisseur de surveillance des angles morts. Enfin les prix n’ont que légèrement évolué, débutant à partir de 175.000 DH et plafonnant à 221.000 DH. «Des prix d’un SUV du segment B, mais avec les dimensions d’un SUV du segment C», affirme, à juste titre, Fabrice Crévola, directeur général de Dacia au Maroc.

Jalil Bennani / Les Inspirations ÉCO Auto

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page