Archives

Échanges gagnants

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Dans le sillage de la récente visite du souverain en Fédération de Russie, la dynamique des échanges entres les deux pays est en train de connaître un coup d’accélérateur. Au delà des opportunités qu’offrent le marché russe pour les produits agricoles et de la pêche, la nouvelle donne est d’étendre le partenariat vers d’autres secteurs et principalement l’industrie.

Après les protocoles d’accord, l’heure est désormais au concret entre le Maroc et la Russie. La dynamique des échanges entre les deux pays, qui a connu une nouvelle impulsion à la suite de la dernière visite du souverain en Fédération de Russie, est en train de surfer sur de nouvelles opportunités. Il ne s’agit plus de se limiter à des secteurs spécifiques comme c’était le cas jusque-là, mais d’étendre le partenariat sur tous les secteurs stratégiques pour l’économie des deux pays.


La preuve a été d’ailleurs magistralement donnée à travers les différents accords signés à l’occasion de la visite royale, mais aussi à travers la suite donnée aux engagements pris par les responsables des deux pays. La semaine dernière, le secrétaire d’État, vice-ministre de l’Industrie et du commerce de la Russie était en visite de travail au Maroc, une visite à l’occasion de laquelle s’est tenue la première réunion du groupe de travail industriel maroco-russe.

Le principal fait majeur de cette rencontre a été la signature d’un mémorandum d’entente pour le développement de la coopération dans le domaine industriel avec le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy. Selon le ministre marocain, «la création de ce groupe de travail traduit l’excellence des liens d’amitié et de coopération qui unissent le Maroc et la Russie, et aussi la démarche volontariste et stratégique menée au plus haut niveau, d’imprégner aux relations bilatérales une dynamique nouvelle visant à promouvoir un partenariat économique et à examiner les perspectives de coopération entre les deux pays».

Autant dire, la teneur des échanges actuels entre les deux pays est loin de refléter le potentiel qu’offrent les deux marchés surtout dans le sillage des derniers événements ayant cours dans la région et qui offrent de nouvelles opportunités de partenariat. Au cours de la réunion du groupe de travail, les deux parties ont échangé sur l’environnement des affaires au Maroc et en Russie ainsi que sur les opportunités d’investissement et de partenariat à développer dans les secteurs à fort potentiel présentant un intérêt conjoint pour les deux pays notamment dans les secteurs de l’aéronautique, du matériel et des équipements de transport, du machinisme agricole, de la construction navale, et de la pharmacie.

Stratégie globale
Après les produits agricoles et de la pêche ainsi que le tourisme, le Maroc et la Russie vont donc renforcer leur partenariat dans le secteur industriel. Il s’agit-là d’une offre plus globale et qui permettra de porter la coopération économique à un nouveau palier de manière à rehausser significativement le niveau des échanges bilatéraux. Actuellement, le volume global des échanges entre le Maroc et la Russie est de l’ordre de 18 milliards DH, soit 3,10 % à l’échelle globale.

En matière d’investissements, les IDE russes au Maroc ne se chiffrent qu’à 3,1 millions DH en 2014 et sont concentrés essentiellement dans le secteur immobilier, qui se taille la part du lion (plus de 90%). Le Maroc offre pourtant d’importants créneaux pour les opérateurs russes, notamment dans le cadre du déploiement des écosystèmes à travers le Plan d’accélération industrielle (PAI). La Russie dispose d’une expertise confirmée dans bien de domaines et, comme toute économie émergente, est à la recherche de partenaires stratégiques. C’est en ce sens que la nouvelle stratégie marocaine peut s’intégrer surtout que le royaume est aussi en pleine diversification commerciale avec le marché russe qui figure parmi les cibles prioritaires.

La demande est significative de part et d’autre comme cela ressort des différentes missions de prospection ou de promotion des opérateurs des deux pays qui se sont intensifiées ces dernières années à l’initiative de l’ASMEX ou de Maroc Export. Il ne reste plus pour les opérateurs des deux pays que de mieux profiter de cette dynamique et surtout pour le Maroc de savoir et pouvoir percer le marché russe en actionnant tous les leviers nécessaires. Le fait est que le royaume dispose actuellement de plusieurs brèches pour renforcer sa part de marché en Russie en plus de capter plus de flux d’IDE dans divers secteurs.

La nouvelle stratégie d’un partenariat plus globale vise certainement cet objectif, mais comme on l’a vu dernièrement, en dépit de l’embargo russe qui a frappé certains produits provenant de plusieurs pays concurrents, l’offensive ne s’est traduite que par un succès assez mitigé. Les perspectives pour la dynamique des échanges s’annoncent prometteuses, il ne reste qu’à régler l’offensive pour une meilleure efficacité.


 

Appétit russe pour le secteur des énergies
Les opérateurs russes sont déjà bien positionnés pour profiter du potentiel du Maroc en matière de promotion des énergies notamment renouvelables. L’année dernière, le géant mondial Gazprom a fait part de sa volonté d’accompagner le Maroc dans son grand projet GNL, notamment à travers la société Gazprom qui est prête à fournir du GNL au Maroc. La stratégie marocaine, qui nécessitera un investissement de 4,5 milliards de dollars, attise la convoitise des opérateurs russes qui sont également intéressés par les chantiers lancés dans les domaines de l’éolien, du solaire et de l’hydraulique. Autant le Maroc a besoin de nouveaux débouchés, autant la Russie est aussi à la recherche de nouveaux partenaires pour réduire sa dépense à l’égard de certains de ces fournisseurs. Il va sans dire que si la dynamique se maintient, les échanges seront davantage boostés entre les deux pays surtout que le ministère du Commerce avait évoqué, il y a quelques mois, des négociations en vue d’un ALE entre le Maroc et la Russie.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page