Partenaires

L’ONCF prépare un manifeste pour le climat

L’ONCF organise, en partenariat avec des partenaires internationaux, africains et locaux, le 3 novembre à Casablanca, la première édition des Assises de la mobilité durable au Maroc. En 2015, les émissions de gaz à effet de serre (GES) du groupe ont atteint 469.343 tonnes équivalent CO2 soit 0,47% seulement des émissions globales au Maroc, 2,60% des émissions du secteur de transport et ce pour une part de marché estimé à 8,5%.


Réduire de 10% de ses émissions de gaz à effet de serre. C’est l’un des objectifs du groupe ONCF à l’horizon 2020. À cet effet, le transporteur national a réalisé son plan carbone pour l’année dernière. Selon ce dernier, les émissions de gaz à effet de serre (GES) du groupe ont atteint en 2015 quelque 469.343 tonnes équivalent CO2, soit 0,47% seulement des émissions globales au Maroc, 2,60% des émissions du secteur de transport, et ce, pour une part de marché estimé à 8,5%. «Ce haut niveau de performance a été réalisé grâce aux voyageurs ayant opté pour le train est dont le nombre a atteint 40 millions (27,50 g CO2 /voyageur-km), soit 7 fois moins d’émissions de CO2 par rapport à la voiture particulière. Il est aussi dû aux 32 millions de tonnes de marchandises transportées (27,10 g CO2 /tonne-km), soit 70% moins d’émissions de gaz à effet de serre évités (428.000 t CO2)», précise le management de l’ONCF.

Pour ce dernier, ces résultats «confirment une fois de plus que ce mode de transport est l’un des plus écologiques. Et de ce fait il faut le développer davantage. En attendant, le groupe a mis en place un plan d’action pour optimiser au mieux sa balance carbone. Il s’agit ainsi d’utiliser les énergies alternatives photovoltaïques dans les gares, les bâtiments et les sous-stations. Le plan a aussi prévu une opération de relamping par LED dans les gares et les bâtiments de l’office. À cela s’ajoute un système de gestion d’énergie électrique, en plus de la sensibilisation du personnel à l’économie d’énergie. Pour les conducteurs des trains, les chauffeurs routiers, Supratours et SMTR, le transporteur national a mis sur pied tout un programme de formation et un plan de gestion des autocars (Supratours) et des camions (SMTR Carré) et ce, selon la fréquence des voyages. Ce n’est pas tout, puisque l’ONCF a prévu d’installer dans les trains des compteurs d’électricité pour optimiser la consommation de l’énergie. Pour la traction, un plan d’économie d’énergie de traction par la récupération de l’énergie de freinage dans les sous-stations a été mis en place.

Enfin, le plan prévoit l’optimisation et l’utilisation des sous-stations selon des besoins, jour/nuit, par l’arrêt d’une sous-station sur 2 ou 3. Dans ce sillage le groupe a relevé le défi d’accompagner la COP22, qui se tient du 7 au 18 novembre prochain. Pour cela l’entreprise a mis en place un plan d’action tournant autour de quatre grandes initiatives. Il s’agit de l’opération baptisée : «Le Train du Climat», matérialisée par une exposition itinérante ouverte à tout le monde, notamment les élèves. «Cette dernière se veut didactique et ludique autour des causes et impacts des changements climatiques, notamment en Afrique et au Maroc. L’objectif étant de sensibiliser et mobiliser les citoyens acteurs pour préserver notre planète», explique-t-on auprès de l’ONCF. Pour rappel, ce train fera escale dans 12 villes, du 20 octobre au 18 novembre.

Le plan d’accompagnement de la COP22 comprend aussi les Assises de la mobilité durable au Maroc. Ainsi, l’ONCF et des partenaires internationaux, africains et locaux organisent, le 3 novembre à Casablanca, la première édition de ces assises sous le thème : «Enjeux climatiques : Quel système de transport pour demain ?». «Il s’agit de proposer un manifeste qui sera adressé, au nom des professionnels et des parties prenantes de la mobilité durable, aux négociateurs de la COP22 pour favoriser l’éligibilité des projets de mobilité au Fonds Climat prévu à l’horizon 2020», note-t-on auprès de l’ONCF. La responsabilité sociétale et environnementale (RSE) de l’entreprise est également présente dans le plan d’action COP22, avec la réalisation du premier bilan carbone.

«À cela s’ajoute la démarche d’efficacité énergétique en certifiant, dans une première étape, son siège social ainsi que la gare de Marrakech aux normes ISO 50001, assurant ainsi son autonomie électrique (50%), grâce à l’installation de panneaux photovoltaïques, et ce, en plus de la certification de ladite gare ISO 14001», précise l’ONCF. L’opération sera étendue progressivement à d’autres établissements de l’office. Ce dernier a aussi prévu de transporter par train des participants à la COP22. Pour cela, l’ONCF a procédé au renforcement de la capacité de ses trains et en programmant des dessertes charters à destination de Marrakech. Un service d’accueil et d’orientation dans les principales gares concernées par l’évènement est prévu.   

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page