Maroc

VBS : Effet «scale up» pour une entreprise innovante

Virtual building solutions se positionne en éditeur de logiciels de gestion du cycle de vie du bâtiment, depuis la phase étude, en passant par le lancement d’appels d’offres, le chantier et la construction. Cette innovation technologique est aujourd’hui portée par trois jeunes Marocains venus du Canada avec la ferme intention d’hisser le Maroc au statut d’exportateur de technologies. Retour sur une jeune entreprise innovante qui affiche de grandes ambitions régionales.


Une énergie marocaine qui se déploie au service de l’innovation. C’est l’esprit même de Virtual building solutions (VBS), qui émane d’une équipe de jeunes Marocains «dynamiques, passionnés et convaincus du potentiel dont regorge leur pays». Il s’agit plus concrètement de trois «produits» nord-américains qui ont fait leurs armes ailleurs et qui se fixent pour mission de «faire du Maroc un exportateur de nouvelles technologies et non pas seulement un importateur». La technologie, ils l’ont pensé, développé et la commercialisent depuis Casablanca. Baptisée Virtual Building Solution (VBS), l’entreprise se positionne en éditeur et intégrateur de solutions informatiques pour le monde de l’immobilier, via une plateforme collaborative de gestion du patrimoine immobilier et des installations BTP.

VBS vise à simplifier les processus métiers par le biais d’applications améliorées mobiles, Cloud, BIM entre autres. Il s’agit d’une plateforme de business intelligence intuitive qui aide à réduire le coût total des projets de construction, d’exploitation et de maintenance en connectant l’immobilier aux installations et ainsi avoir accès en temps réel aux informations de gestion d’actifs des organisations. «Nous avons misé sur le capital immatériel de notre pays en valorisant notre intelligence collective apte à porter très haut l’étendard d’une technologie développée au Maroc et que nous exportons vers l’Afrique du Nord, l’Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient», explique Zineb Midafi, co-fondatrice et directrice générale de VBS. L’offre consiste en un software et un hardware constitués d’un dispositif spécial chantiers qui permet au maître d’ouvrage et à toutes les parties prenantes d’un projet immobilier classique ou de gestion des «Sensitive Assets» (ports, barrages, hôpitaux, aéroports, ponts, etc…) d’être interconnectés avec des «workflows» d’approbation basés sur des normes mondiales.

Gestion en temps réel
«Le système permet de faire des modifications en temps réel et offre une possibilité de visualiser, annoter, imprimer tous les types de documents en temps réel à travers les terminaux fixes ou mobiles sans avoir à disposer de logiciels spécifiques», précise Zineb Midafi. In fine, pour la partie construction, le service présente des avantages permettant une réduction du temps de chantier, une meilleure maîtrise des coûts en temps réels tout en notifiant automatiquement sur tout type de dépassement à l’avance et ceci à travers des règles de gestion éprouvées. «Il s’agit d’un service multi-typologies, multi-localisations, multi-projets qui permet au maître d’ouvrage de benchmarquer l’ensemble de ses projets selon différents critères. Au final, le top management dispose de l’information en temps réel en quelques clics», note Zineb Midafi. Une deuxième partie du service consiste à gérer le bâtiment une fois sorti de terre via des solutions de gestion locative, du SAV (Service après-vente) et des réclamations clients. Cette ligne de produit innovante se positionne d’ores et déjà sur le marché marocain comme l’explique un de ses initiateurs sur le marché national : «Nous sommes d’ailleurs les seuls à avoir un produit de gestion locative et de SAV qui est utilisé par une des plus grandes compagnies d’assurance au Maroc aujourd’hui».

Effet «Scale up»
VBS vient en effet de franchir un cap stratégique de son existence. Elle a été détectée «entreprise à fort potentiel de croissance» par Endeavor et ne se présente plus désormais comme une start-up mais comme une «scale up». «Nous sommes en pleine phase de croissance et de positionnement que ce soit par rapport à notre brand ou à nos références acquises ces deux dernières années. Nous avons d’ailleurs damé le pion à plusieurs reprises à des géants internationaux qui jusque-là ne pouvaient croire qu’une technologie marocaine peut un jour les faires descendre de leur pied d’estale», déclare fièrement Zineb Midafi. L’effet «scale up» est d’ailleurs perceptible à travers le portefeuille client de VBS qui compte aujourd’hui presque exclusivement de grands groupes qui lui font confiance pour la gestion de leur patrimoine ou de leurs projets en cours. L’entreprise dispose d’un avantage concurrentiel dans la mesure où elle aujourd’hui la seule à opérer sur ce créneau au Maroc spécifiquement et dans la région MENA de manière globale. Malgré ce positionnement, le marché national continue cependant à accuser un retard et un dysfonctionnement en termes de processus de gouvernance sur ce créneau puisque contrairement à d’autres pays, un cadre légal n’existe pas encore.

Un positionnement stratégique
Après l’acquisition d’une «légitimité» construite sur une base solide à travers des références importantes, la scale up voit plus grand et développe une vision stratégique plus ambitieuse. «Nous nous sommes depuis plus d’un an engagé dans une nouvelle démarche dans le sens où nous briguons de nouveaux marchés à l’export, notamment en Afrique subsaharienne à travers le développement de la coopération sud-sud». Aujourd’hui VBS est présent dans cinq pays africains hormis le Maroc, l’entreprise a décroché des contrats en Côte d’Ivoire, en Tunisie, en Guinée Conakry et en Algérie. Outre ses visées sur le continent, VBS reste aujourd’hui «opportuniste» sur l’Europe et ambitionne de toucher un segment de marché à très fort potentiel, à savoir les pays du Moyen-Orient et plus précisément les pays du Golfe. Pour réussir ces nouveaux paris, VBS mise sur un point stratégique : la R&D. «Il y a deux écoles de pensée, celle qui consiste à mettre en veilleuse la R&D le temps que le marché prenne et ensuite on pense développement et il y a une seconde école de pensée qui prône l’anticipation et donc l’investissement continu dans la R&D et c’est cette vision que nous privilégions puisque nous injectons actuellement tous nos profits dans la recherche et le développement», précise fièrement Midafi. 

2014

Mobilisation générale de l’écosystème marocain pour le démarrage de l’entreprise et la levée de fonds.

2015

Année orientée business, chiffre d’affaires, développement international et coopération sud-sud. Participation à plusieurs événements. Entrée de Zineb Midafi au Conseil d’administration  de la CGEM.

2016

Une ambition : faire exploser le compteur avec une stratégie orientée chiffre d’affaires et développement à l’international.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page