Maroc

Tourisme : le Maroc veut reconquérir le marché espagnol

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

L’Office national marocain du tourisme met les bouchées doubles histoire de reconquérir le marché espagnol une fois le secteur apaisé. Des actions sont programmées pour consolider la place du Maroc auprès de ce marché, deuxième émetteur de touristes vers le royaume.

Malgré le contexte de crise et d’incertitude, la délégation de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) à Madrid ne chôme pas. L’antenne madrilène a mis en place une série d’actions pour affronter la situation imposée par la pandémie de Covid-19. Une délégation composée de 18 représentants de tour-opérateurs et agences de voyages espagnols adhérents de l’Association des voyagistes andalous, ainsi que les représentants de médias ibériques, était au Maroc du 15 au 19 octobre. Durant ce périple, les voyagistes ont atterri à Tanger avant de se rendre à Rabat puis de rallier le Nord afin de découvrir la station de Tamuda Bay à Tétouan. Il s’agit des destinations desservies par des liaisons aériennes fréquentes, principalement depuis le Sud espagnol.


«Nous avons organisé des workshops avec des agences et professionnels marocains du tourisme à Tanger. Les voyagistes espagnols ayant pris part à ce périple ont été unanimes, saluant les mesures mises en place par le Maroc afin de faire face à la crise sanitaire», nous confie Azzedine Bijjou, responsable du bureau de l’ONMT à Torremolinos et responsable de ce FAM trip.

De fait, depuis l’annonce de l’assouplissement des mesures pour se rendre au Maroc, les promoteurs de la destination en Espagne ont noté un regain d’intérêt de la part du marché ibérique. Dans une déclaration aux Inspirations ÉCO, Mohamed Soufi, délégué de l’ONMT à Madrid, a indiqué que le Maroc joue désormais la carte de la sécurité pour mieux se positionner par rapport à ses concurrents. De plus, les autorités marocaines en charge de ce dossier veulent tirer avantage du capital confiance du Maroc lié à la gestion de la pandémie. Le Maroc espère se positionner comme une destination adaptée à l’ère post-Covid-19.

«Les prochains voyages de détente et de loisirs seront de courte durée, entre un weekend et quatre jours, et effectués vers des destinations proches. C’est le cas du royaume qui est à la fois accessible depuis plusieurs capitales et villes européennes et qui offre un dépaysement garanti. De plus, il ne s’agit pas d’une destination de masse car, aujourd’hui, tout le monde cherche à fuir les foules, donc le risque de contagion est contrôlé», soutient Soufi.

Celui-ci précise que les vacanciers ont acquis de nouvelles habitudes. «Les clients procèdent à la comparaison des statistiques et situations épidémiologiques avant de choisir leur destination. Sur ce point, le Maroc est mieux loti que les pays européens émetteurs», indique-t-il. Sur un autre registre, l’ONMT travaille d’arrache-pied pour être prêt le jour J.

«Nous sommes en contact avec les compagnies aériennes pour préparer la reprise dès que les restrictions seront levées. Nous avons transmis à nos partenaires toutes les mesures d’allégement liées aux conditions d’accès au royaume. Nous espérons que la commercialisation reprendra sous peu», indique notre source.

L’antenne madrilène a déjà entamé des négociations avec les TO pour un référencement une fois que les conditions seront réunies pour recevoir les touristes. Reste le problème des frontières terrestres vu que les autorités compétentes ont toujours misé sur la proximité avec celles-ci pour séduire une grande partie des touristes espagnols.

Pour Soufi, la balle est à présent dans le camp des professionnels marocains qui doivent faire preuve d’ingéniosité et mettre en place des formules alliant détente et respect des mesures sanitaires. En effet, les opérateurs touristiques sont appelés à se réinventer et à s’inspirer de concurrents tels que la Turquie. Afin d’attirer les touristes, le pays autorise la réalisation des tests une fois le touriste sur le sol turc. Soufi cite également la compagnie aérienne Iberia qui a conclu un accord avec des laboratoires permettant à ses clients d’effectuer des tests rapides. «Il est nécessaire de s’adapter à ce nouveau contexte et de mettre au point des prestations globales alliant détente et mesures anti-Covid-19», conclut Soufi.

Amal Baba Ali, DNC à Séville / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page